Header ad
Header ad

Acquisition de passeport : La Carte NINA un calvaire pour les demandeurs

Acquisition de passeport : La Carte NINA un calvaire pour les demandeurs

La carte NINA (Numéro identification nationale) ou une fiche individuelle est indispensable aujourd’hui pour l’obtention du passeport biométrique au Mali. Beaucoup de demandeurs de ce sésame de voyage rencontrent des difficultés pour son acquisition. Car, une fois qu’ils rencontrent une erreur sur leur carte NINA ou sur leur fiche individuelle, c’est bonjour le calvaire.

L’obtention des documents administratifs est un droit pour le peuple et la facilitation de l’accession de ces documents est aussi un devoir pour les autorités. Au Mali, souvent pour avoir les documents administratifs, c’est un parcours de combattant et un casse-tête pour le citoyen lambda. Dans les administrations publiques dont les commissariats de police, les mairies, les tribunaux, des maliens souffrent de lenteur de service. Précisément dans cet article on jette le dévolu sur l’obtention du passeport biométrique, un document sans lequel un citoyen ne peut voyager à l’étranger notamment par la voie aérienne.

En effet, c’est en 2015 que le Mali a signé un contrat de 10 ans avec une société française Oberthur Technologies et une année après soit en avril 2016, il y a eu le lancement du passeport biométrique au détriment de l’ancien passeport confectionné par la société Canadian Bank. De ce fait, il y a eu amélioration dans le délai d’acquisition qui est fixé à deux semaines soit dix jours ouvrables. Mais le hic est que la carte NINA ou la fiche individuelle du Recensement Administratif à Vocation d’Etat Civil (RAVEC) pose toujours problème. « Je me suis enregistré pour avoir mon passeport depuis fin mai dernier et on m’a donné deux semaines comme délai. A l’arrivé de ce délai je suis venu pour récupérer mon passeport et l’agent de la police l’a cherché en vain et m’a remis un numéro pour appeler et connaitre la raison. Au bout du fil, une dame m’a dit, après avoir communiqué le numéro de mon NINA, qu’il y a une erreur sur mon NINA et que je dois aller à Korofina aux cellules techniques d’accueil citoyen (CTAC) pour obtenir la bonne fiche qui m’appartient. Arrivé au CTAC deux personnes à la porte, m’ont fait savoir que je dois retourner à l’immigration pour voir un certain Koné. Car c’est ce dernier qui doit les apporter ma demande. J’ai fais cependant ma demande à l’immigration et jusqu’à présent plus de deux semaines je n’ai pas de reponses », nous explique Mady Soumano. « Il faut revoir le marché de notre pays. Partouton a besoin de service c’est la déception générale. Je viens de perdre mon voyage à cause d’une fiche individuelle dont un service est créé à cet effet, mais malheureusement les agents en poste font tout sauf le travail pour satisfaire les usagers. Ils attendent seulement une avance pour exécuter le devoir pour lequel ils sont payés. Et pourtant on peut imprimer une simple fiche en une seconde mais il faut deux semaines voire trois mois pour l’avoir, c’est un grand désarroi », exprime Zoumana Sylla, visiblement énervé.

Par ailleurs, il faut souligner que ce problème de carte NINA ou de fiche individuelle du RAVEC est un sérieux souci pour ceux qui ont des erreurs sur leur donnée notamment les maliens établies à la diaspora. Très généralement les erreurs sont commises par les agents du RAVEC et les citoyens ramassent les pots cassés.

B. KONE

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *