Header ad
Header ad

AMO : Ces longues files d’attente pour la mise à jour des cartes

AMO : Ces longues files d’attente pour la mise à jour des cartes

Dans le cadre de ses reformes pour améliorer la prestation de ses services et aussi atténuer les fraudes massives qui sabotent ses objectifs, la Caisse Nationale d’Assurance Maladie (CANAM) a décidé d’instaurer la carte biométrique depuis l’année dernière. Si certains saluent cette décision et la trouve très efficace d’autres décrient la lenteur souvent dans sa mise à jour.

L’accessibilité des populations à des soins de santé de qualité demeure un objectif majeur pour la politique nationale de santé du Mali. Des progrès réels ont été accomplis en matière d’accessibilité géographique contrairement à l’accessibilité financière qui se traduit par un faible recours aux structures de soins lié au faible pouvoir d’achat des ménages. Après les politiques d’exemption de paiement et de gratuité, le Mali a institué en 2009 le régime d’assurance maladie obligatoire qui est devenu opérationnel en 2011 avec le début des prestations cliniques. Ainsi, l’Assurance maladie obligatoire (AMO) est un système de cotisation à l’assurance sociale malienne est obligatoire pour les salariés du secteur public et du secteur privé. Cette assurance prévoit la prise en charge des soins ambulatoires à 70 %. L’hospitalisation et tous les soins liés à l’épisode d’hospitalisation sont pris en charge à 80 %.

En effet, depuis son avènement beaucoup d’efforts ont été faits pour améliorer la qualité de service afin que les bénéficiaires ne subissent pas les tracasseries dans les hôpitaux et les pharmacies. Cependant, il est aussi à souligner que la fraude qui est devenue très courante, sabotait les objectifs de l’AMO. Ils sont nombreux des prestataires qui pratiquaient les fraudes très souvent avec la complicité des agents de santé. Raison pour laquelle le service technique de la CANAM a envisagé d’instaurer la carte biométrique pour éviter les fraudes et aussi améliorer la qualité des services de l’AMO.

Elle est instaurée en mars 2020 et doit être mise à jour semestriellement. Aujourd’hui, les détenteurs de cette carte passent des journées pour la mise à jour de leur carte sans laquelle ils ne pourront pas bénéficié du service de l’AMO dans les hôpitaux. « Je suis là depuis le matin pour faire la mise à jour de ma carte AMO mais le rang est lent et il y a trop de monde. Je pense que la direction de la CANAM doit envisager beaucoup de solutions pour que la mise à jour ne dure pas », nous explique Alassane Diallo venu pour la mise à jour de sa carte à l’agence de la CANAM à l’ACI 2000. Pour Mme Haidara d’indiquer qu’au début ça ne durait pas mais cette fois-ci elle était surprise par le nombre de personnes au rang. « En plus, seul l’appareil de “mise à jour” de la carte AMO du CSRF du quartier Mali fonctionne sur la rive droite, celui de Sogoniko est en panne depuis et vous ne songez toujours pas à le réparer. Vous feriez mieux de revoir ces appareils car ils ne reconnaissent pas l’identité de certains assurés, chose très grave, on nous prélève des sous mensuellement, mais faute d’identification, ces assurés perdent leurs droits au traitement. Soyez sérieux dans le travail », exprime Toumaniba Traoré. Ibrahima Sory Sidibé, un internaute de dire que « Veillez à ce que les bornes de mise à jour soient dans les différents OGD (INPS des communes) pour faciliter la tâche aux bénéficiaires des cartes biométriques ».

Par ailleurs, selon les explications de certains responsables de la CANAM la mise à jour de la carte ne doit pas dépasser cinq minutes. Selon eux, ils se trouvent que souvent le détenteur n’a pas payé le droit et dans ce cas la machine ne peur pas faire la mise à jour et il faut passer au service technique pour se mettre à jour de paiement. A leurs explications, la ‘’Borne santé multiservice est un appareil permettant de faire la mise à jour des cartes biométriques et ces bornes se trouvent dans les hôpitaux, les Csref et à l’annexe de la CANAM. Et la mise à jour est de 2 fois/ ans c’est à dire tous les 6 mois.

M.O. COULIBALY

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *