Header ad
Header ad

ANSSA : L’amélioration de la santé des populations au cœur des préoccupations

ANSSA : L’amélioration de la santé des populations au cœur des préoccupations

Les administrateurs de l’Agence Nationale de la Sécurité Sanitaire des Aliments (ANSSA) étaient en conclave, le jeudi passé, pour la 22ème session ordinaire de leur conseil d’administration. La cérémonie d’ouverture était placée sous la présence du conseiller technique du ministre de la Santé et de l’hygiène public, Sékou Oumar Dembélé, en présence de la directrice générale de l’ANSSA, Mme Diakité Oumou Zoumana Maiga.

Lors de cette 22e session ordinaire de l’Agence nationale de la sécurité sanitaire des aliments (ANSSA), les administrateurs ont procédé à l’analyse du procès verbal de la session précédente, son point d’exécution des recommandations, son rapport d’activités et l’état d’exécution financière du budget au 31 décembre 2018 ; et le plan opérationnel 2019.

La directrice générale de l’ANSSA, Mme Diakité Oumou Zoumana Maiga a estimé qu’au cours de l’année 2018, l’ANSSA et les différents services techniques chargés de la gestion des risques sanitaires, ont eu à faire face à plusieurs notifications en provenance du système d’alerte rapide des denrées alimentaires et des aliments pour animaux (RASFF) de l’Union Européenne. Il s’agit de crises alimentaires multiformes intéressant divers catégories d’aliments, on peut citer entre autres : la contamination du reblochon au lait cru E. Coli 026, un produit de la Fromagerie Chabert en France ; la contamination de la ‘’crème dessert UHT saveur vanille’’ par Bacilluscereus, un produit de France de la marque Elle et Vire de la société ELVIR SAS ; dépassement des teneurs en Aflatoxines totales et B1 des pates d’arachide de la société Aminata Konaté au Mali ; nouveaux ingrédients alimentaires de la plante Salvia Hispanica (Chia) etc.

Par ailleurs, à l’égard des défis dont l’Etat fait face l’ANSSA a connu une réduction notable de son budget de fonctionnement suite au collectif budgétaire, dont le volume des activités réalisées a été négativement affecté. Avant d’ajouter qu’heureusement l’Agence Luxembourgeoise pour la Coopération au Développement (LUXDEV), à travers son programme triennal d’un montant de 217 533 800 F CFA, a permis d’atteindre des résultats encourageants dans le domaine de la recherche tels que des filières fonio, riz et sésame, et de communication sur les risques. Selon elle, l’OMC aussi a offert un montant assez substantiel pour la maitrise des risques sanitaires liés au poisson fumé et la mise en conformité des noix de karité et cajou pour l’exportation.

Pour le conseiller technique du ministre de la Santé, Sékou Oumar Dembélé, les crises incriminant des aliments, est une grande préoccupation pour son département qui dès la réception de ces notification du système d’alerte se mobilise avec les autres départements impliqués dans la sécurité sanitaire des aliments pour trouver une solution diligente en mettant les populations à l’abri de ces dangers.

Notons que le projet de budget 2019 de l’ANSSA s’élève à la somme de 1.467.274.189 F CFA équilibré en recettes et en dépenses.  Selon M. Dembélé, ce projet de budget est en hausse de 71, 42% par rapport à celui de l’année dernière. Cela traduit la volonté des hautes autorités du pays à faire de la sécurité sanitaire des aliments l’un des principaux leviers pour l’amélioration de la santé des populations.

G. COULIBALY

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *