Header ad
Header ad

En rempart pour l’exécution des décisions de justice et la spoliation de ses dus: Bazoumana Fofana porte plainte contre Aboubacar Samadiaré, Natish Touré et leurs acolytes

En rempart pour l’exécution des décisions de justice et la spoliation de ses dus: Bazoumana Fofana porte plainte contre Aboubacar Samadiaré, Natish Touré et leurs acolytes

Le développement, le respect et la grandeur de tout pays se mesurent à travers sa justice. En effet, si cet état de fait est compris et constitue une réalité dans les grands pays émergents ou en voie de développement en Afrique même comme le Rwanda, il est regrettable que cela n’est pas le cas au Mali. Il y a donc une urgente problématique. Car, le Mali a du chemin à faire en matière de justice pour le plus grand bonheur de l’ensemble du peuple malien. Comme on dit la force doit toujours revenir et rester à la loi. Elle doit être appliquée sans discrimination sur tous les fils et filles. Aucun d’entre eux ne doit être privé de son droit et la protection des personnes et de leurs biens, doit être rassurée par l’État. À cet effet, aujourd’hui l’un des valeureux fils du pays qui a tant donné par ses richesses et ses bontés au pays est victime de spoliation de ses biens cela au su et au vu des autorités compétentes.

L’Operateur économique de son état, Bazoumana Fofana dont il s’agit de lui, est victime de manipulation de certaines personnes pour priver ce vieil octogénaire de ses dus émanant de frais de l’ocassion des magasins au niveau de l’artisanat de Bamako, appelés « annexe 2 » des magasins de la Grande Mosquée de Bamako. Joint par nos soins, l’Operateur économique Bazoumana Fofana nous a expliqué le problème qu’il est victime aujourd’hui dans un État de droit et dans un pays d’où les musulmans s’estiment à 95%. La crise qui a secoué le pays doit être une leçon pour les autorités pour que la justice soit appliquée équitable afin qu’aucun malien ne soit victime de l’injustice. Certaines personnes se croient plus maliens que d’autres, pendant que d’autres estiment qu’être natif de Bamako donne droit de piller, spolier les biens d’autrui, menacer et agresser les gens sur leur droit sans se soucier de rien, de la justice quand même pas.

Cette affaire remonte depuis des années. Selon Bazoumana Fofana, il dispose d’un contrat de bail en bonne et dueforme qui lui a donné le droit de construire ces magasins ‘’annexe 2’’ à hauteur de plus de 92 millions de francs CFA. Sans que ce contrat de bail ne soit arrivé à terme, certaines associations fictives représentées par les nommés (Djakaridia Koné, Abdoulaye Diop, Mamadou Touré dit Bouba et Ballaira), n’ont cessé d’inventer des actes et imaginer des propos calomnieux contre Bazoumana Fofana sur cette annexe 2 des magasins de la Grande Mosquée.

Face à la situation, et pour ne pas semer le désordre, Bazoumana Fofana a entamé une procédure de résiliation de bail et d’expulsions contre les locataires qui avaient refusé de payer le loyer pendant trois ans. Il dira que les tribunaux de la première instance et jusqu’ àla Cour d’appel ont rendu leurs décisions et lui ont délivré des grosses de résiliations de bail et d’expulsion. A cet effet, pour l’exécution de ces décisions de justice revêtues de la formule exécutoire, l’huissier-commissaire de justice Maitre Lazare Mémé Koné et ce dernier a requis légalement le Commissaire de police de 3e arrondissement afin que l’expulsion puisse se faire dans l’ordre sans que les malintentionnés sèment les zizanies. De ce fait, Bazoumana Fofana a porté une plainte pour opposition à l’autorité légitime contre les sieurs Abdoulaye Samadiaré, Natish Touré, Mahamadou Kanté, Mahamadou Touré dit Bouba, Abdoulaye Diop, Salif Ouattara, Mamadou Djiré, Sory Traoré.

Selon lui, ces derniers se sont opposés à sortes de menaces de troubles à l’ordre public et en tenant des paroles mensongères au Commissaire de Police. Le Commissaire Keita sans chercher à savoir, a cru à ces gens pour ne pas exécuter son travail.Ils faisaient croire que si les policiers interviennent sur le lieu pour que l’expulsion puisse se faire, le dialogue national tenu à la mi-décembre n’allait pas se tenir et qu’ils sont prêts de faire face aux forces de l’ordre quel qu’en soit leur effectif. En effet, le pire dans cette affaire, Bazoumana Fofana fera savoir que ces personnes susmentionnées empêchent non seulement l’application de la décision judiciaire mais aussi ils continuent d’apercevoir les frais de locations de ses magasins. ‘A date d’aujourd’hui, le montant du loyer indument perçu par eux s’estime à la somme de 321 349 000 F CFA’’, a-t-il révélé. Aujourd’hui, Bazoumana Fofana sensible à l’état actuel du pays interpelle les autorités afin que la justice soit rendue et que la loi soit appliquée convenablement de ces personnes dont il a porté plainte contre eux. Nos reviendrons avec d’autres détails dans la prochaine livraison.

B. KONE

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *