Header ad
Header ad

Fête du 31 décembre : Que dit l’islam ?

Fête du 31 décembre : Que dit l’islam ?

Le 31 décembre est la fin d’année dans le calendrier grégorien et il est le réveillon chez la communauté chrétienne appelé saint sylvestre. Ce qui fait que, c’est une fête pour les chrétiens qui précède juste une semaine la fête du Noël, laquelle ils commémorent la naissance du prophète Issa (Jésus Christ). Cette fête fait bien entendu fait la division chez les musulmans pour sa célébration un musulman. Que dit l’islam ?

Le Mali est un pays laïque avec 95% musulman dont la majorité écrasante. Malgré ce nombre des musulmans on peut dire que la majorité des musulmans notamment les jeunes ignorent leur région c’est-à-dire ses fondements et son origine.

Selon l’Imam Ibrahim Touré, il est interdit pour un bon musulman de fêter le 31 décembre. « Je suis très désolé de voir nos enfants fêter cette fête qui appartient à la religion chrétienne. Je ne sais pas si c’est par ignorance ou ils la font par expert », nous a professé l’Imam. Selon lui, les musulmans doivent connaitre leur religion ses interdits et prohibés, ils ne doivent se laisser dans l’ignorance. Dieu même a dit il faut me connaitre avant de M’Obéir, alors les musulmans maliens ont l’obligation de connaitre leur religion afin qu’ils puissent bénéficier au-delà. Selon lui, les musulmans reconnaissent bien entendu que le prophète Issa (Jésus Christ) est un des prophètes de Dieu mais par contre les chrétiens ne reconnaissent pas le Prophète Mahomet Paix et Salut sur Lui (PSL), comme l’un des prophètes de Dieu. Dieu Est Unique et il est prohibé de Lui associer avec autre chose. Et pourtant chez les chrétiens d’aucuns croient que Jésus est le fils de Dieu et d’autres vont loin en lui qualifiant comme Dieu, ce qui est notamment interdit à penser à l’Islam. Les jeunes doivent savoir que la fin d’année dans la religion musulmane est Achoura. En outre, l’Imam conseille les parents d’éduquer leurs enfants afin qu’ils puissent s’imprégner avec les règles de leur religion.

Par ailleurs, certains musulmans estiment que même si c’est interdit on peut par solidarité et l’esprit de la cohésion et cohabitation de la commémorer avec les chrétiens modestement.

M.L. KONE

LE FONDEMENT

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *