Header ad
Header ad

Général Abdoulaye Coulibaly, nouveau Chef d’Etat-major général des armées : Un homme de terrain pour le renouveau de l’armée malienne

Général Abdoulaye Coulibaly, nouveau Chef d’Etat-major général des armées : Un homme de terrain pour le renouveau de l’armée malienne

Le général Abdoulaye Coulibaly est nommé le dimanche 24 mars 2019, le chef d’Etat-major général des armées, lors d’un conseil des ministres extraordinaires suite à l’attaqué le village d’Ogossagou, dans le cercle de Bankass, région de Mopti qui a fait la mort plus de 135 personnes. Cet officier valeureux de l’Etat est un personnage réputé pour sa méthode de travail et sa disponibilité. Un stratège qui a toujours su ce qu’il fait et ou il va. Nommé, chef d’Etat-major général des armées, il va étaler la pleine mesure de ses talents de meneur d’hommes et de baliser le terrain du renouveau de l’armée malienne tant souhaité par le chef suprême des armées IBK.

Diplômé en application des officiers de l’arme blindée cavalerie au USA, le général Abdoulaye Coulibaly est titulaire d’une Maitrise en études militaires stratégiques à l’Université de Pennsylvanie aux Etats-Unis. Il fut sous-chef d’Etat chargé des opérations EMGA en 2016, chef d’Etat-major adjoint de l’Armée de Terre de 2012 à 2015. Il fut aussi Commandant du théâtre de l’opération Maliba entre 2013 à 2014 et chef d’Etat-major de l’Opération Badenko de 2012 à 2013. Il a dirigé la division du Centre opérationnel interarmées, Etat-major général des armées en décembre 2010.

Entre 1993 et 2014, il effectue entre autres, une série de formation à l’étranger aux USA, au Nigeria, au Canada… Il s’agit notamment à l’école d’application de l’arme blindée cavalerie (Fort Knox aux USA, en octobre-décembre 1993), du cours de capitaine (Jaji en Nigéria aout-décembre 2000), du cours d’Etat-major et de commandement (Fort Leavenworth aux USA, juin 2002 à juin 2003), au centre de formation pour le soutien de la paix (Canada du 24 mai au 22 juin 2006), l’atelier pour les officiers supérieurs sur les règles internationales régissant les opérations militaires (SWIRMO 2014).

Il fut chef d’Etat-major de la 1e région militaire (juillet-décembre 2010) à Gao, commandant de la 12e Régiment mixte (2008-2010) à Kidal, commandant de la 13e Régiment mixte (février 2007) à Gao, chef d’Etat-major de la 5e région militaire (août 2005) à Tombouctou, officier d’Etat-major à la mission des Nation unies au Burundi (ONUB), charge de la formation (juin 2004 à juin 2005), directeur adjoint à l’école des Sous-officiers de Banankoro (septembre 2003 à août 2005), commandant de l’Escadron de chars à Sévaré (août 1999 à septembre 2003), instructeur permanent à l’Emia de Koulikoro (janvier 1997 à septembre 1999) et adjoint et commandant de l’Escadron de reconnaissance de Tombouctou (avril 1994 à janvier 1997).

En plus d’être médaillé du chevalier de l’Ordre National du Mali, il est décoré de la médaille du mérite militaire, de la médaille commémorative de campagne “Flamme de la paix au Mali”, de la médaille commémorative de campagne de l’Opération “Djiguitougou au Mali” et de la médaille commémorative de campagne de l’Opération “Maliba”.

Depuis sa nomination comme chef d’Etat-major général adjoints des armées jusqu’à nos jours, notre armée à retrouver son lustre d’antan.

Bon vent plein de succès mon général Coulibaly !

 

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *