Header ad
Header ad

Infrastructures et l’équipement : Un secteur qui fait sourire le président IBK et rassure le peuple Malien…

Infrastructures et l’équipement : Un secteur qui fait sourire le président IBK et rassure le peuple Malien…

L’un des facteurs principaux qui confirment l’émergence et le développement d’un pays est ses infrastructures. Selon la même source, l’Afrique devrait investir 5% de son PIB dans l’infrastructure et 4% supplémentaires dans son entretien afin d’atteindre le taux de croissance de 7% nécessaire pour réduire la pauvreté de moitié.

Depuis son élection pour son premier quinquennat, l’actuel président de la République, Ibrahim Boubacar Keita a pris à bras-le-corps le secteur des infrastructures notamment celui des routes. Ce département n’est pas à la charge de n’importe qui. Après Mamadou Hachim Koumaré, connu bien sûr par sa rigueur dans le travail et son amitié avec IBK, c’est une femme, battante, dévouée à la cause de la nation qui est en charge de ce département crucial pour l’émergence de notre pays. Traoré Seynabou Diop, c’est elle dont il s’agit, ministre des Infrastructures et de l’équipement, à travers son dynamisme et son engagement patriotique donne aujourd’hui le sourire au président IBK et rassure le peuple Malien pour l’avancement du pays vers l’émergence.

Traoré Seynabou Diop a fait son entrée dans le gouvernement en 2016 en tant que ministre en charge des Infrastructures et de l’équipement. Dès lors ce secteur fait partir des secteurs dont est fier le président de la République, Ibrahim Boubacar Keita qui n’a pas manqué de faire son éloge pour son premier quinquennat. On peut dire qu’IBK ne s’est pas trompé en nommant cette dame courageuse et visionnaire à ce portefeuille ministériel. Ingénieur chevronnée de son état, Traoré Seynabou Diop fait la fierté de la nation malienne.

En résumé, on peut se souvenir de quelques réalisations faites en 2016-2018 et aussi quelques projets d’envergures en perspective. Par ailleurs, dans le domaine de la construction et du bitumage des routes, les efforts ont porté concrètement sur l’achèvement des travaux de bitumage d’environ 120,7 km de routes, l’achèvement des travaux de construction de ponts, la poursuite de plusieurs travaux déjà entamés, le démarrage effectif et la poursuite de certains projets prioritaires, ainsi que le lancement de nouveaux projets inscrits dans le cadre du programme présidentiel d’urgences sociales.

Au titre des travaux de bitumage achevés, il faut noter :l’aménagement en 2×2 voies de la section Ségou-San (7 km) sur la RN6; l’aménagement de la route d’accès à Mafélé (22 km) ;la construction et le bitumage de la route Niono-Goma Coura (81 km) avec l’Union Européenne ;la construction et le bitumage de la voie d’accès à la clinique des plantes, station d’expérimentation du Centre Père Miche à Moribabougou (2,7 km) ;l’aménagement de plus de 30 km de routes dans le District de Bamako et la construction de l’échangeur au carrefour de Markala, de ses bretelles sur 4,266 km ainsi que l’aménagement et le bitumage de 10 km de voiries à Ségou.

Concernant les travaux de construction de ponts, il convient de signaler le pont sur le fleuve Dégou à Manankoro et ses voies d’accès ; le pont de Kouroro barrage et ses voies d’accès ; le pont de Djenné ; et le pont du village de Ifola dans le Cercle de Sikasso.

Plusieurs chantiers sont en cours d’exécution voire achevés. Il s’agit principalement de ceux relatifs aux travaux : de bitumage de la route Macina-Diafarabé ; d’aménagement en 2×2 voies de la route Bamako-Koulikoro sur 45 Km ; de construction du pont de Kayo à Koulikoro et ses voies d’accès ; de construction et de bitumage de la route Goma Coura-Léré sur 165 km ; et de construction et de bitumage de la route Léré-Niafunké, 121 km.

Aussi, plusieurs projets routiers démarrés au cours de l’année 2017 se poursuivent normalement. Il s’agit des travaux :de construction et de bitumage de la route Zantiébougou-Kolondiéba-Frontière Côte d’Ivoire (140 Km) dans le cadre du projet d’aménagement et de facilitation du transport sur le Corridor Bamako-Zantièbougou-San Pedro (PR8) ; de construction et de bitumage de la route Bénéna-Mandiakuy pour une longueur de 18 km ;de construction et de bitumage de la route Banconi-Nossombougou pour un linéaire de 56 km ;de construction et de bitumage de la route Kangaba-Djoulafoundo-Frontière Guinée pour un linéaire de 52 km ;de construction et de bitumage de la route Baraouéli-Tamani pour un linéaire de 32 km ;de construction et de bitumage de la route Yanfolila-Kalana pour un linéaire de 50 km ; et de construction et de bitumage de la route Kayes-Sadiola pour un linéaire de 90 km.

A ces différents projets structurants et prioritaires, il faut ajouter les travaux de réhabilitation du pont de Kayes, de construction du 2ème pont de Kayes d’une longueur de 535 ml et ses voies d’accès d’un linéaire de 17 km ; de construction du pont de Dioïla d’une longueur de 175 ml et ses voies d’accès d’un linéaire de 2,6 km.Etc.

Au titre des projets lancés, figurent les travaux :d’aménagement en 2×2 voies de la traversée de la ville de Sikasso ;de bitumage de la bretelle Katélé-Zégoua-Kadiolo avec l’aménagement de 4 km de voiries urbaines dans la ville de Kadiolo ; de construction et de bitumage de la voie de contournement de la ville de Koulikoro ;d’aménagement de la voie de Kouloubléni dans la Commune rurale de Kalabancoro ; et de construction de 445 km de pistes rurales dans les Régions de Koulikoro et de Sikasso dans le cadre du Projet d’Amélioration de l’Accessibilité Rurale (PAAR).

Quatre études routières ont été réalisées au cours de l’année 2017. La première porte sur les études de faisabilité technico-économique (Avant-Projet Sommaire ou APS) et d’Avant-Projet Détaille (APD) des travaux de construction et de bitumage de la route Koro-Douentza-Bambara Maoudé-Tombouctou (323 km).

La seconde est relative aux études d’Avant-Projet Détaille (APD) du tronçon Sévaré-Douentza (170 km), ainsi qu’à l’actualisation des études techniques d’APD du tronçon Douentza-Hombouri-Gossi-Gao (389,5 km).

Les deux dernières portent sur les études d’Avant-Projet Sommaire (APS) des travaux de bitumage des voies de raccordement de certaines agglomérations importantes aux réseaux de routes nationales et celles relatives à la mise en place d’un SIG (Système d’Information Géographique) et du SIR (Système d’Information Routier) au sein de la Direction Nationale des Routes pour la gestion et le suivi du réseau routier national et d’inspection par lasergrammétrie et photogrammétrie des trois ponts de Bamako.

Egalement, il convient d’ajouter le démarrage des études relatives au bitumage de : la route Kadiana-Fourou-Zégoua ; la route Bougouni-Manankoro-Frontière Côte d’Ivoire ; la route Dioila-Massigui-Koualé-Kébila ; et de la route Sadiola-Kéniéba.

S’y ajoutent : les études du 4ème Pont de Bamako et ses voies d’accès, les études des travaux construction de l’Autoroute Bamako-Bougouni-Sikasso-Hérémakono (418 km), les études des travaux d’Aménagement du grand contournement de Bamako et les études des travaux de réhabilitation de la route Bamako-Kati-Kolokani-Didiéni-Diéma-Sandaré-Kayes-Kidira (710 Km) du Corridor Bamako-Dakar par le Nord.

Dans le domaine de l’entretien courant des routes,7 300 km ont été entretenus dont 4 950 km de routes revêtues, 960 km de routes en terre et 1 900 km de pistes rurales. De plus, la modernisation et la sécurisation des ressources destinées à l’entretien routier ont été poursuivies à travers notamment l’introduction du paiement par voie électronique de la redevance de péage.

Par ailleurs, le 4 avril 2019, le président de la République, Ibrahim Boubacar Keita a procédé à Sikasso au lancement des travaux de construction d’un échangeur, d’un viaduc et l’aménagement de 10 km de voies urbaines dans la ville de Sikasso pour un montant de plus 27 milliards de franc CFA.

DNR, Mamadou Nama Keita, un sacerdoce

Par ailleurs, pour la mise en œuvre de la politique des infrastructures du président de la République via son gouvernement, il y a plusieurs acteurs. Parmi ces acteurs, la locomotive est bien entendu la Direction nationale des routes. Cette direction qui est aujourd’hui sous la houlette du sieur Mamadou Naman Keita. Un homme pragmatique, audacieux et managérial ne ménage aucun effort avec son équipe pour concrétiser la vision des autorités compétentes. Il veille jour et nuit aux différents chantiers en cours pour qu’aucune faille ne soit constatée dans la bonne exécution des chantiers. C’est sous son leadership que la Direction nationale des routes est l’entremise entre les entreprises nationales et internationales qui auront la chance après les appels d’offre pour exécuter les marchés de construction. Le Directeur Keita est un homme très discret mais qu’on touche et voit ses empreintes à travers les bons jobs.

Par ailleurs, il est à savoir que la direction nationale des routes a pour missions essentielles, d’élaborer les éléments de la politique nationale dans le domaine des routes et des ouvrages d’art et d’assurer la coordination et le contrôle de l’activité des services et organismes publics et privés qui concourent à la mise en œuvre de cette politique conformément a la loi n°05-041 du 16 décembre 2002 portant sa création. Ainsi, elle a le devoir en tant qu’autorité en charge des infrastructures d’accompagner les entreprises locales évoluant dans le secteur qui respectent les normes, afin qu’elles puissent prendre part aux DAO (dossier d’appel d’offre) de façon individuelle ou en groupement (GIE) en même temps que les multinationales.

B. KONE (Le Fondement)

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *