Header ad
Header ad

Insécurité au Mali : Le parti SADI fustige le président de la République

Insécurité au Mali : Le parti SADI fustige le président de la République

Le secrétaire politique du parti de la Solidarité africaine pour la démocratie et l’indépendance (SADI), Babarou Bocoum, a animé une conférence de presse, le mardi 7 juillet 2020, dans le siège dudit parti à Djelibougou. L’objectif était de parler sur la crise sécuritaire grandissante et l’actualité du pays.

L’insécurité au Mali a pris une dimension inquiétante. Au centre, dans la région de Mopti, des villages sont totalement rayés de la carte. Des femmes enceintes éventrées, des greniers brûlés, des animaux calcinés, des enlèvements et des séquestrations sont le lot quotidien de la population dont leur  tort est d’appartenir à une ethnie. Face à cette situation alarmante, le parti SADI, fidèle à ses idéaux, n’attendait pas rester les bras croisés. Il s’agissait pour le parti, à travers cette conférence de presse, d’exprimer leur ras-le-bol. Le secrétaire politique Babarou Bocoum a fait un survol sur les récentes attaques ainsi que leur dégât.

Selon lui, le mercredi 1er juillet 2020, dans le cercle de Bankass  quatre villages dogons ( Gouari, Djimido, Pangadougou, Dialakanda) ont fait l’objet d’attaque simultanées par des assaillants armés non identifiés entrainant la mort de plus de 30 personnes majoritairement d’enfant, de femmes et de vieillards et un dégât matériel considérable. Auparavant, le 14 juin 2020 un convoi militaire malien, composé d’une douzaine de véhicule, a été également attaqué à Bouki Wère dont le bilan fait état de 24 morts sans compter les précédentes d’Ogossagou, Sobane Da, Dioura, Sokolo, Boulkessy, Modoro, In Délimane pour ne citer que ceux-ci. Poursuivant, Babarou Bocoum laisse entendre que les  régions de Kidal, Tombouctou, Gao, Mopti Ségou et Koulikoro échappent au contrôle du pouvoir central.  Pour le parti SADI à travers Babarou Bocoum, le Président de la République, garant de la sécurité des Maliens, a failli à ses missions. En lieu et place des problèmes des Maliens, le président et sa famille se sont donnés comme mission de lapider les maigres ressources de Pays, a affirmé le secrétaire politique Babarou Bocoum. Selon lui, la crise multidimensionnelle (sécurité, politique, territoriale, sociale, morale, économique …) à laquelle le Mali est confrontée depuis plusieurs années ne peut être résolue par le président Ibrahim Boubacar KEITA et son régime. Au contraire, avec eux, elle s’empire et atteint un point de non-retour. C’est pourquoi le parti SADI exige la démission du président IBK et son régime.  Le conférencier a exprimé leur soutien au Mouvement démocratique et populaire MDP dans son combat au sein du M5-RFP. Pour sa part, Dr. Oumar Mariko a salué et félicité le président Ibrahim Boubacar Keita d’avoir éveillé la conscience des Maliens. « C’est le président IBK qui a permis au peuple de connaitre son incapacité et le système pilleur des ressources dont lui-même a été et demeure l’un des animateurs » a affirmé Dr. Oumar Mariko.  Pour lui, le seul combat qui vaille est le départ d’IBK  qui est au service des Français et non du peuple Maliens.

F. COULIBALY

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *