Header ad
Header ad

Librairie : Le lancement du livre « La gestion des ressources humaines » de Aboubacar Sidiki Kanté

Librairie : Le lancement du livre « La gestion des ressources humaines » de Aboubacar Sidiki Kanté

Le samedi 4 Mai 2019 la salle de conférence de l’Institut des Sciences Politiques Relations Internationales et Communications (ISPRIC) a abrité la cérémonie de lancement de l’ouvrage de M. Aboubacar Sidiki Kanté, dont le titre est : « Gestion des ressources humaines au Mali : motifs de l’absentéisme et du présentéisme ». C’était placé sous la présidence de M. Yvon Presqueux professeur agrégé des techniques de gestion de l’Université de Paris-Sorbonne, ZakariKaka professeur agrégé au Mali ; le Directeur général de l’ISPRIC, Dr. Mohamed Gakou et des invités remarquables.

Un ouvrage de 119 Pages, est destiné à partager de nouvelles connaissances créées dans le cadre de nos études doctorales sur l’absentéisme et le présentéisme dans les contextes sociaux, culturels et professionnels d’un pays d’Afrique marqué par la prépondérance des relations communautaires et des activités informelles. Ce livre est destiné aux gestionnaires, aux universitaires et aux étudiants souhaitant appréhender les phénomènes du présentéisme et de l’absentéisme dans la réalité propre à l’Afrique à travers des modèles scientifiques éprouvés.

Par rapport au premier concept : basé sur « l’absentéisme », l’auteur dira qu’il a été développé comme des absences imprévus et répété sur une période de référence à nos entreprises et l’innovation de notre travail, de notre point de vu par rapport à la littérature. C’est dans le contexte malien qui motive très souvent ses absences répétés et régulières. «Nous avons trouvé qu’au Mali plus que l’environnement professionnel, l’absentéisme est beaucoup plus motivé par des phénomènes des rapports des travailleurs à la société, comme les mariages, les baptêmes, les décès aussi des activités extra professionnelles », a-t-il dit.

Selon l’auteur du livre, le phénomène de l’absentéisme est essentiellement motivé par le fait que les gens ont plus besoin de permission pour des événements sociaux et de congé annuel, alors que la loi leur donne 30 jours de congé.  A part les cadres de très haut niveau qui voyage, les ouvriers en majorité quand vous les donnez 30 jours, au bout de 15 jours 20 jours ils viennent roder au service, ça veut dire qu’ils s’ennuient à la maison, donc ils n’ont pas besoin de ses 30 jours de congé pour se reposer, 15jours suffiraient  ; mais il n’est pas dit de réduire les congés à 30 jours mais les 15 jours restant nous nous recommandons de les transformer en permission pour que quelqu’un dans l’année ait 15 jours pour se reposer et les 15 autres jours pour les mariages, les baptêmes, les décès.

Quant au présentéisme, il précise qu’il se définit un peu comme la présence inutile, les travailleurs qui sont là tous les jours régulièrement mais qui ne sont pas suffisamment productifs. Selon lui, les raisons sont diverses : il y a une part qui est dû au travailleur, c’est le type de présentéisme stratégique mais il y a beaucoup qui sont dus aux entreprises, notamment la mauvaise répartition des taches.

Les répercutions de ses deux motifs sur l’entreprise, selon lui, est d’abord la baisse des productivités.  La productivité étant la production divisée par le nombre de travailleur. Quand vous regardez réellement, il y a seulement une partie des travailleurs qui sont réellement productifs, c’est-à-dire que si vous avez 50 travailleurs, si vous enlevez les absentéismes et les présentéisme c’est peut être 20 à 25 qui sont réellement productifs. Donc cela réduit la performance dans nos entreprises étant donné que les 50 sont payés souvent dans les mêmes conditions.

Pour circonscrire l’absentéisme et le présentéisme, l’auteur trouve que le fondement de ses comportements est d’abord le manque de savoir dans notre contexte malien parce que nous exploitons généralement des livres, des documents qui sont faits par des collègues qui sont de notre environnement. Alors que la gestion des hommes obéit au contexte, quelqu’un qui est au travail au Mali ne se comporterait pas de la même manière qu’au Togo ou en France.

« Nous souhaitons continuer, si ce livre marche bien, à la création d’autre concept notamment les phénomènes de recrutement, de gestion de carrière, de motivation du personnelle dans le contexte malien, c’est aussi dans cet esprit que l’ISPRIC a accepté de nous accompagner dans ce projet, c’est pour quoi nous voulons initier carrément un certificat en ingénierie de la formation et de la pédagogie, pourquoi ? parce que notre souci, c’est de prendre ce qui est recommandé ailleurs pour l’appliquer au Mali alors que les ressources humaines Mali ne se comportent pas  comme ailleurs », a-t-il expliqué.

Qui est Aboubacar Sidiki Kanté ?

Aboubacar Sidiki Kanté est titulaire d’un doctorat en sciences de gestion obtenu en décembre 2018 au conservatoire National des Arts et Métiers (CNAM Paris), d’un Master en Ingénierie de la Formation et des systèmes d’Emploi de l’Université Toulouse I en 2004, d’une Maitrise en gestion de la Faculté des sciences juridiques et économiques de Bamako (2001) et d’un Baccalauréat Economie au Lycée Technique de Bamako en 1997. Il a travaillé au Mali comme consultant RH cabinet APPM de 2005 à 2011 puis responsable des ressources humaines de la société EMBALMALI de 2011 à 2015, et depuis août 2015 comme cadre RH à la société d’électricité. Il est enseignant à l’ISPRIC, formateur et consultant auprès des entreprises.

F. COULIBALY

LE FONDEMENT

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *