Header ad
Header ad

Mairie de la CV : Vers l’interdiction du chicha et du tramadol

Mairie de la CV : Vers l’interdiction du chicha et du tramadol

Certains jeunes s’adonnent à la consommation de certains produits excitants qui ne sont pas sans conséquence sur leur santé et aussi sur la communauté où ils vivent. Car, face aux effets de ces produits, ils deviennent des délinquants, des vagabonds et des voleurs dans le  quartier. D’aucuns de ces jeunes seront atteint de trouble mental voire la maladie mentale. Au regard du danger, la Mairie de la Commune V vient de décider d’interdire la vente et  la consommation du narguilé (chicha), du tramadol et autres produits assimilés, frauduleux, sur toute l’étendue du territoire de la Commune V, à compter de janvier 2020 dernier.

Rappelons que cette interdiction interviendrait dans le sillage de celle de la Mairie de la Commune IV. Elle était la première à prohiber ces produits en 2018 sur son territoire. Ainsi, la Mairie de la Commune V a décidé d’interdire la consommation du narguilé (chicha), du tramadol et autres produits assimilés, frauduleux, sur toute l’étendue du territoire de la Commune V, à compter de janvier 2020. L’information a été donné lors d’un déjeuner de presse que le maire Amadou Ouattara a animé, accompagné par ses adjoints. Pour ce dernier, il est arrivé à constater par le conseil communal les dégâts que la consommation de ces produits provoquent sur l’avenir des jeunes. Selon lui, aujourd’hui les jeunes sont devenus méconnaissables car ils commettent des actes indésirables. C’est pour cette raison, à ses dires, le conseil communal a décidé d’interdire tous les produits peuvent anéantir la santé et l’avenir des jeunes. Pour mettre en œuvre cette décision communale, la Mairie a d’abord priorisé la sensibilisation non seulement des commerçants mais aussi des jeunes. A l’entendre le maire, ils ont opté pour la première phase de sensibiliser des commerçants pour éviter d’importer ces produits. « Nous allons faire tout pour les sensibiliser après la phase de la sensibilisation nous allons procéder à d’autres phases», a-t-il dit.

Par ailleurs, il est à admettre que cette mesure d’interdiction de ces produits nuisibles est une bonne chose, car elle serait le moyen pour diminuer certains actes odieux que la commune a enregistré, notamment les meurtres, les viols, les vols et les agressions. Soumaila Diarra, soutiendra que cette mesure est très idéale, elle atténuera les souffrances que les populations de la commune subissent à travers les actes de jeunes malfrats. « Dans notre quartier nous sommes très gênés par le comportement inadmissible de certaines jeunes mal éduqués. On se rend compte que la cause de la dépravation de mœurs est généralement liée aux substances que les jeunes consomment, donc si les autorités communales ont eu l’idée de prendre cette décision je ne peux que les féliciter et les encourager dans ce sens », nous énonce Madane Touré, habitant à Torokorobougou.

Par contre, ce jeune commerçant vendeur dechicha explique à son tour que certains estiment que la consommation du chicha n’aurait pas d’effets néfastes sur la santé de ses consommateurs. Pour lui, le chicha est pareil à la cigarette alors, dans ce cas les autorités doivent aussi prendre des mesures pour l’interdire. Pour sa part, le jeune Adama Fané révèlera qu’il est accro au chicha depuis trois ans et qu’il tire des plaisirs quand il le trouve à consommer et depuis là il n’a pas constaté un seul instant des effets négatifs sur sa santé. Et pour le tramadol, ce jeune nie en bloc ne l’avoir jamais consommé même une seule fois dans sa vie, car selon lui c’est une drogue et il est dangereux.

Cependant, il est à savoir que le tramadol (commercialisé sous les noms de Nobligan, Tiparol, Topalgic, Tradolan, Tramal, Ultram, Ixprim) est un antalgique central développé par la firme allemande GrünenthalGmbH (en) dans les années 1970. Il est classé dans la catégorie des antalgiques de niveau 2, catégorie comprenant la codéine et le dextropropoxyphène. Et pour le narguilé, ou la chicha, est une pipe à eau utilisée pour fumer du tabac. Le tabac peut être utilisé sous forme de tabamel, mélange comportant de la mélasse additionnée d’arômes, qui se consume avec du charbon. La fumée inhalée est comparable à celle de la cigarette et expose potentiellement les fumeurs aux effets du tabac sur la santé.

S.B. TRAORE

LE FONDEMENT

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *