Header ad
Header ad

Présidence du CNPM : Diadié dit Amadou Sankaré, un programme pour un secteur fort au cœur du renouveau malien

Présidence du CNPM : Diadié dit Amadou Sankaré, un programme pour un secteur fort au cœur du renouveau malien

Aujourd’hui, la candidature de Diadié dit Amadou Sankaré à la présidence du Conseil national du patronat du Mali (CNPM) est l’homme qu’il faut à la place qu’il faut. Après de minutieuses réflexions, le candidat a élaboré un programme qui est une panacée pour résoudre les problèmes dont est confronté le secteur privé malien.

Dans le contexte actuel, les évolutions dans la géopolitique internationale et régionale ont toujours constitué des facteurs de risque pour la stabilité des États, la croissance des acteurs économiques ainsi que le bien-être des populations donc des consommateurs potentiels des entreprises. C’est le cas actuel du Mali exposé à des vulnérabilités internes et externes qui se traduisent par une crise sécuritaire aiguë ayant des implications sur tous les aspects socioéconomiques du pays, l’activité des entreprises en premier et ce encore pour de nombreuses années.

Une ambition, une vision, des valeurs

Face à l’environnement tel que décrit, l’avenir de nos économies doit se conjuguer avec Modernisation, Innovation et Dialogue responsable entre État, acteurs et partenaires, seuls gages pour l’édification d’une nation forte. Selon Diadié dit Amadou Sankaré affectueusement appelé DAS, les hommes d’affaires et les entrepreneurs maliens qui tous les jours investissent et prennent des risques, sont l’expression même de cette croyance en la nation malienne. Ils rêvent de sa grandeur et créent pour cela, année après année, jour après jour, de la richesse et des emplois. Ils le font dans l’indifférence et parfois même dans l’incompréhension, voire l’hostilité. C’est ainsi qu’au fil des années, dit-il, le CNPM est devenu une structure majeure qui s’impose aussi bien auprès de l’État qu’au niveau de ses autres partenaires économiques, qu’ils soient maliens ou étrangers. Ceci est la preuve du leadership de ses présidents successifs et des qualités managériales plus qu’honorables des bureaux respectifs. De son point de vue, les défis actuels et futurs restent énormes et porteurs d’enjeux presque existentiels pour le pays. « Pour y faire face et nous permettre de stabiliser, puis relancer l’économie nationale, des reformes ambitieuses et audacieuses seront indispensables de la part de toutes les parties prenantes (État, secteur privé et PTF) », estime-t-il. Selon lui, ces réformes constituent un challenge pour eux dans un contexte marqué par la persistance au Mali des effets négatifs de la crise qui sont potentiellement périlleux, eu égard à l’échec des politiques économiques d’une part, des contraintes de différents ordres d’autres part.

Grands chantiers en vue

  1. Sankaré vise dans son programme que cette dynamique qui doit se dérouler avec pragmatisme et ouverture mérite d’être portée par tous. « Nul ne pourra s’y soustraire au risque de conséquences désastreuses pour le pays. Telle doit être la nouvelle et grande ambition pour notre organisation commune le CNPM, que je soumets à votre adhésion et à votre accompagnement », déclare-t-il. Il poursuit en soulignant que conformément à l’évolution de l’État central, leur ambition doit se traduire par la mise en chantier d’une vraie refondation de cet organe à la mesure des enjeux actuels. Cette transformation implique de définir préalablement les contours nécessaires pour prendre un nouveau départ sur des bases et des valeurs nouvelles dans des domaines bien définis.

Aussi, malgré les excellents résultats obtenus par le Patronat ces dernières années, DAS estime que, nous ne saurions faire l’impasse sur la nécessité d’établir un diagnostic à partir des actions menées, d’interroger notre fonctionnement interne, nos relations avec les partenaires publics, privés et institutionnels, tout ceci dans le seul but d’apporter les correctifs nécessaires, en nous appuyant sur notre expérience propre. Mais dans un environnement miné par les conflits sociaux, indique-t-il, un effritement de l’autorité et des capacités de l’État, lui-même fragilisé jusque dans l’exercice de ses attributs régaliens, la réalisation d’un tel projet requiert la mobilisation et l’union sacrée de tous autour des idéaux.

En outre, l’une des pistes d’innovation que DAS et son équipe proposeront, en phase avec la vision rénovée, va corriger à inscrire désormais dans leurs statuts et comme éléments comptables d’évaluation du respect de notre charte constitutive, les valeurs permanentes du CNPM.

Ainsi sur l’horizon des cinq (5) prochaines années, DAS propose comme Vision d’ériger ensemble « Un secteur privé, symbole du dynamisme entreprenariat national, moteur du développement socioéconomique du Mali, garant de l’épanouissement individuel des entrepreneurs et des maliens en général ».

A cet égard, en vue de réaliser son rêve (traduire dans cette vision), il propose de munir les entrepreneurs de valeurs cardinales suivantes : la liberté d’entreprise ; l’innovation dans l’action ; l’éthique dans les affaires ; l’égalité des chances et enfin la solidarité nationale.

M.L. KONE

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *