Header ad
Header ad

Procès-verbal de négociation entre le Gouvernement et l’UNTM : La mise en garde des sortants de l’ENA

Procès-verbal de négociation entre le Gouvernement et l’UNTM : La mise en garde des sortants de l’ENA

Le point 05 du Procès-verbal de négociation entre le Gouvernement et  l’Union Nationale des Travailleurs du Mali (UNTM) souligne une volonté commune de mettre en place une commission « pour examiner la faisabilité de l’organisation par le seul ministère en charge de la fonction publique de l’ensemble des concours d’entrée dans les fonctions publiques d’Etat (y compris pour les corps relevant de l’Ecole Nationale d’Administration -ENA-) et des collectivités ».

Cette volonté n’a pas été appréciée par l’Amicale des Anciens Elèves Fonctionnaires de l’Ecole Nationale d’Administration (AEFENAM). Dans un communiqué du lundi 15 février 2021 signé par le Président Boubacar Ouologuem, Inspecteur du Trésor, l’amicale révèle qu’il a appris, par voie de presse, l’accord conclu entre le Gouvernement de la République du Mali, le Conseil National du Patronat et l’Union Nationale des Travailleurs du Mali (UNTM), contenu dans le Procès-verbal de conciliation signé le 05 février 2021. L’Amicale salue cet accord qui contribue à l’apaisement du climat social au Mali.

Toutefois, toujours selon ledit communiqué, l’Amicale a été étonnée de noter, au Point 05 dudit Procès-verbal de négociation, la volonté commune du Gouvernement et de l’UNTM de mettre en place une commission « pour examiner la faisabilité de l’organisation par le seul ministère en charge de la fonction publique de l’ensemble des concours d’entrée dans les fonctions publiques d’Etat (y compris pour les corps relevant de l’Ecole Nationale d’Administration -ENA-) et des collectivités ». A titre de rappel, le point concernant l’organisation des concours d’entrée dans les fonctions publiques d’Etat, plus particulièrement le recrutement des fonctionnaires par l’ENA, ne ressort nulle part dans le préavis de grève déposé par l’UNTM ayant fait l’objet de la négociation, indique l’amicale.

Par ailleurs, l’Amicale s’interroge non seulement sur la pertinence de ce point souligné dans l’accord sus indiqué au regard de la vocation et de la nature de l’ENA, mais aussi sur son caractère rétrograde eu égard aux acquis obtenus et reconnus par cette école. De ce fait, elle rappelle aux partenaires sociaux que la création de l’ENA est le fruit d’une réforme administrative et institutionnelle. Par conséquent, elle en appelle au respect de ses textes de création et de ses missions telles que le recrutement et la formation de ses élèves. Le recrutement et la formation demeurent des missions fondamentales dévolues à toutes les Ecoles Nationales d’Administration auxquelles la nôtre ne saurait faire exception. « En tout état de cause, l’Amicale demande aux parties prenantes à cet accord de renoncer à l’exécution du point concernant le mode de recrutement de l’ENA. Faute de quoi, l’Amicale se réserve le droit d’user de tous les moyens légaux afin de préserver les acquis de l’ENA pour sa pérennité et pour le bon fonctionnement de l’administration malienne », déclare-t-elle.

M.L. KONE

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *