Header ad
Header ad

Secteur minier : La mine Wassol’Or décriée

Secteur minier : La mine Wassol’Or décriée

La 13e Conférence de la nationale des mines et des industries (SECNAMI) a eu lieu, la semaine dernière dans la salle de conférence de l’ex CRES. C’était en présence du représentant du ministre des Mines et du Pétrole,  Lamine Alexi Dembélé ; le Secrétaire général de SYNACOME, Baba Daou ; du Secrétaire général du SECNAMI, Abdoulaye Kanté, et les membres exécutifs de la SECNAMI. L’objectif était de faire le point des activités réalisées depuis la 12ème conférence nationale tenue à Bamako en 2012, le bilan des activités, les difficultés rencontrées et  les perspectives pour les activités à venir.

Le Secrétaire général de la SECNAMI, Abdoulaye Kanté, dans son mot de bienvenu a déclaré que le secteur minier est l’un des leviers pour l’économie du pays à cause des ressources générées pour les finances publiques, avant de faire savoir qu’aujourd’hui, il est confronté à d’énorme difficultés liées entre autre : à l’épuisement des réserves, la diminution ou l’arrêt des activités de recherche sur les permis miniers, la prolifération des couloirs d’orpaillage sur les permis de recherches, la précarité des emplois, des licenciements pour motifs économiques liés à la diminution du volume des activités ou à la fermeture des mines, la violation de la liberté syndicale par certaines sociétés, le non respect de certaines dispositions légales et règlementaires notamment à WASSOL’OR concernant la priorité d’embauche lors de la reprise des activités après le licenciement dont les syndicalistes ont été victimes.

Selon lui, les travailleurs miniers et industriels s’inquiètent face à la crise du Nord, qui menace l’intégrité territoriale. En outre, notre cheval de bataille pour ce mandat c’est d’inciter les autorités minières à relancer les activités de recherche ; à limiter l’emploi des expatriés dans nos mines ; à respecter les accords et conventions nationales et internationales ; et assurer de façon pérenne notre autonomisation syndicale etc.

Concernant la priorité d’embauche, il dira que lorsqu’un travailleur est licencié, la loi stipule « Si tu dois reprendre l’activité dans les deux années qui suivent, la priorité d’embauche est donnée à ceux qui ont été licenciés, mais WASSOL’OR avait fermé pour problème d’économie, à la reprise, on a remarqué qu’aucun syndicaliste n’a été réintégré, donc cette disposition pertinente n’a pas été respectée au niveau de WASSOL’OR », a-t-il indiqué. « Nous sommes au regret de dire haut et fort à l’opinion nationale et internationale que pour la première fois il ya un malien qui exploite une mine, il connait la loi mais il ne l’applique pas. Il ya 10 000 sociétés minières en exploitation, toutes ces sociétés multinationales respectent la loi malienne plus qu’Aliou Boubacar Diallo. Il fait ce qu’il veut, il paie ses employés dans l’irrégularité », a-t-il révélé. Avant de solliciter au PDG de Wassol’Orpour le respect les dispositifs réglementaires et aussi de mettre ses employés dans leur droit.

Pour sa part, le représentant du ministre des Mines et du Pétrole, Lamine Alexi Dembélé a remercié tous les délégués venus de l’intérieur du pays pour la participation à cette conférence. A ses dires, le secteur minier occupe une place prépondérante dans l’économie nationale. « Aujourd’hui sa place occupe les 5% du PIB avec 25% de participation au budget national, il représente dans le secteur de l’Or 67% des produits d’exportation », a-t-il soutenu. Avant de rappeler que la SECNAMI est affiliée au Ministère des Mines et du Pétrole pour la bonne marche du secteur minier au Mali.

M.O. COULIBALY (Fondement)

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *