Header ad
Header ad

Transition au Mali : La CEDEAO demande à la junte de designer le président et le PM civils au plus tard le 15 septembre

Transition au Mali : La CEDEAO demande à la junte de designer le président et le PM civils au plus tard le 15 septembre

La 57e session ordinaire de la Conférence des Chefs d’Etat et de Gouvernement de la Communauté économique de Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) s’est tenue le 7 septembre 2020 à Niamey, en République du Niger, sous la présidence de S.E.M. lssoufou Mahamadou, Président de la République du Niger et Président en exercice de la Conférence.

Au cours de cette session plusieurs dossiers ont fait l’objet des échanges et de prise de décision des chefs d’État de la sous-région. Les effets de la COVID-19, la Monnaie unique de la CEDEAO et la situation politique au Mali, entre autres. En effet, s’agissant de la situation au Mali, la Conférence réaffirme sa détermination à assurer un retour rapide à l’ordre constitutionnel dans ce pays, avec une transition politique dirigée par un Président et un Premier ministre civils pour une période de douze (12) mois. La Conférence maintient l’ensemble des décisions prises lors de son Sommet extraordinaire tenu le 28 août 2020 et prend note des consultations en cours entre les acteurs maliens, initiées par le Conseil National de Salut du Peuple (CNSP). La Conférence demande que le Président et le Premier ministre de la transition, tous deux civils, soient désignés au plus tard le 15 septembre 2020. La Conférence se félicite du départ du Président Ibrahim Boubacar Kéita pour des soins médicaux et lui souhaite un prompt rétablissement.

Par ailleurs, le président lssoufou Mahamadou, souligne dans son discours d’ouverture que le Mali a plus que jamais besoin de stabilité pour que les aspirations fortes du peuple Malien à la sécurité, au développement soient pleinement satisfaites. Il est du devoir de notre communauté d’assister les Maliens en vue d’un rétablissement rapide de toutes les institutions démocratiques, estime-t-il. « La junte militaire doit nous aider à aider le Mali. Nous fondons l’espoir qu’elle répondra favorablement aux mesures prises par notre communauté. D’autres partenaires stratégiques du peuple Malien fondent le même espoir. Ne les décevons pas », énonce-t-il.

S.B. TRAORE

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *