Header ad
Header ad

Violence faites aux femmes vulnérables : L’AFE-Mali sensibilise

Violence faites aux femmes vulnérables : L’AFE-Mali sensibilise

Dans le cadre de lutter contre les violences faites aux femmes, l’Association Femme d’Espoir Mali (AFE-Mali) a organisé, le mercredi 12 août 2020, un atelier de sensibilisation à l’Immeuble Assurance atlantique sis à l’ACI 2000. Le but était de former 10 représentants de l’autorité, afin qu’ils puissent identifier des pistes de solutions pour mettre fin à la violence et à la discrimination basée sur l’identité de genre au Mali. Ladite formation est financée par COC Nederland pour 5 mois, de juillet à décembre 2020.

Au terme de cette formation, quelques pistes de solution ont été signalées dont la promotion de l’égalité des chances et de traitement au sein des structures ; formation d’agent du genre pour la mise en œuvre du plan ; soutenir les hommes voulant évoluer vers un poste majoritairement réserver pour les femmes et inversement ; éliminer les discriminations contre les hommes et les femmes du fait de leur sexe, l’âge, religion et origine ethnique etc.

Selon la facilitatrice Mme N’Deye Tillé Traoré, coordinatrice nationale de l’AFE-Mali, à Bamako l’environnement des femmes les plus vulnérables est hostile. Pour elle, les femmes sont victimes d’une injustice sociale. Elle dénonce tout acte homophobe conduit à de sérieuses violations des droits humains dans l’inaction des agents d’application de la loi. Toutes ces agressivités entrainent la violence et la violation fragrante de droits, notamment : l’immigration, la perte /difficulté d’accès à l’emploi, le rejet familial, l’abandon de l’école, l’isolement, la tristesse, la peur, la perte de confiance et à la mauvaise estime de soi et parfois meurtre etc, explique-t-elle.

Les chiffres

Entre autres beaucoup de thème ont été débattu : comme le lien entre la violence et le VIH Sida ; les types de conséquence des violences; les besoins des femmes les plus vulnérables ; les mécanismes communs d’adaptation etc.  Les résultats des activités sur les violences aux personnes les plus vulnérables  entre octobre 2019 à juin 2020, à Bamako 102 cas comme violence physique, violence économique  53 cas, violence sexuelle 66 cas, violence émotionnelle 146 cas. A Sikasso comme violence physique 205 cas ; violence économique 98 cas ; violence sexuelle 147 cas ; violence émotionnelle 36 cas. A Ségou comme violence physique 53 cas ; violence économique 55 cas ; violence sexuelle 31 cas ; violence émotionnelle 43 cas. En total pour les résultats retrouvés courant 2019-2020, nous avons 225 cas comme violence émotionnelle ; 244 cas comme sexuelle ; 206 cas comme économique et 360 cas comme violence physique au Mali.

Par ailleurs, il est à retenir que l’association Femmes d’Espoir Mali (AFE), fondée en 2015 et légalisée en 2016, elle travaille au niveau national en rassemblant des femmes les plus vulnérables à Bamako et dans 5 régions du Mali (Koulikoro, Ségou, Sikasso, Kayes, Mopti), et est impliquée dans toutes les activités concernant les populations clés au Mali et à l’international.

Au cours des trois dernières années, beaucoup de projets ont été initié pour la promotion de droits des femmes au Mali. Mais les problèmes demeurent toujours en matière de sécurité, de justice chez les plus vulnérables. Les femmes les plus vulnérables sont confrontées à des problèmes de discriminations, stigmatisations et des violences conjugales de tout genre. Sans accompagnement, ces femmes sont laissées à leur sort et meurent chaque jour.

F. COULIBALY

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *