Header ad
Header ad

Mali en deuil : Seydou Badian s’en est allé à l’âge de 90 ans

Mali en deuil : Seydou Badian s’en est allé à l’âge de 90 ans

L’écrivain, ancien ministre et médaillé d’or de l’indépendance, Seydou Badian Kouyaté vient de tirer sa révérence, dans la nuit du vendredi 28 décembre 2018, vers 23h, à l’âge de 90 ans. Né le 10 avril 1928 à Bamako, ce doyen, l’un des derniers maliens qui fait l’unanimité, tant son engagement, son patriotisme et son sacrifice permanent pour notre pays n’ont jamais été pris à  défaut pendant ses soixante dernières années.

Selon un confrère, l’engagement patriotique pour le Mali de Seydou Badian Kouyaté, ne fait l’ombre d’aucun doute, en témoigne l’hymne national du Mali qu’il a composé et qui résonne et fait vibrer le cœur de chaque patriote. Le Mali a perdu une boussole importante, au moment où il peine à trouver sa voie, miné par un conflit politique irresponsable entre opposition et majorité à Bamako pendant que son socle disparaît peu à peu au nord et pire au centre, a-t-il renchérit.

ESSAI SUR SON PARCOURS

Seydou Badian Kouyaté, plus connu sous le nom de Seydou Badian, est un écrivain et homme politique malien né à Bamako le 10 avril 1928. Il effectue des études de médecine à l’université de Montpellier en France. Il est l’auteur d’une thèse sur les traitements africains de la fièvre jaune et fut un grand poète

En 1956, il rentre au Mali et est nommé médecin de circonscription.  Proche du premier président Modibo Keïta, il écrit les paroles de l’hymne national du Mali. Il devient à l’indépendance du pays ministre de l’Économie rural et du Plan. Lors du remaniement du 17 septembre 1962, il devient ministre du Développement. Il défend l’existence d’un parti unique dans l’Afrique post-colonial, seul moyen selon lui de créer la Nation. Lors du coup d’État de Moussa Traoré en 1968, il est déporté à Kidal puis s’exile à Dakar au Sénégal.

En 1997, il est candidat à l’Élection présidentielle mais décide, comme la plupart des autres candidats opposés au président sortant Alpha Oumar Konaré, de retirer sa candidature pour protester contre la mauvaise organisation des élections.

Militant de la première heure de l’Union soudanaise-Rassemblement démocratique africain (US-RDA), il en est exclu en 1998 pour s’être opposé à une partie de la direction qui prônait la non-reconnaissance des institutions lors des élections contestées.

Écrivain reconnu internationalement, il publie en 1957, trois ans avant l’indépendance du Mali, son premier roman intitulé “Sous l’orage”. en 1965, il publie “Les dirigeants africains face à leurs peuples”. Deux autres romans sont publiés ensuite, “Le Sang des masques” en 1976 et “Noces sacrées”en 1977.

En octobre 2007, Seydou Badian Kouyaté publie un roman intitulé “La Saison des pièges”.

En 2009 Seydou Badian Kouyaté change de nom et s’appelle officiellement Seydou Badian Noumboïna, du nom d’un village dans le cercle de Macina.

Seydou Badian a été sacré lauréat du Grand Prix des Mécènes aux GPAL 2017 pour l’ensemble de sa production bibliographique.

Il a écrit et publié en 1957 : Sous l’orage suivi de La Mort de chaka ; Les Dirigeants africains face à leurs peuples, Grand prix littéraire d’Afrique noire, en1965 ; Le Sang des masques,1976 ;
Noces sacrées,1977 et la Saison des pièges, Nouvelles Éditions ivoiriennes et Présence africaine,2007.

Il a reçu les distinctions suivantes : Grand prix littéraire d’Afrique noire et Grand Prix des Mécènes à l’édition 2017 des Grands prix des associations littéraires.

À 90 ans, il laisse derrière lui, un peuple triste, divisé et menacé par la plus grande crise de l’existence de sa nation. C’est donc avec un cœur triste et une image sombre du Mali que le héros de l’indépendance du Mali, nous quitte !

Par ailleurs, notons que selon sa famille, ses obsèques auront lieu, le jeudi 3 janvier 2019,  à 16h sur le boulevard de l’indépendance !

Malidirect.net Avec Seydou O. TRRAORE  

 

 

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *