Header ad
Header ad

Esclavage dans la Région de Kayes : Les organisations de défense de droit de l’homme dénoncent et interpellent les autorités

Esclavage dans la Région de Kayes : Les organisations de défense de droit de l’homme dénoncent et interpellent les autorités

Le Rassemblement Malien pour la Fraternité et le Progrès(RMFP) en collaboration avec TEMEDT, Gambana, le Réseau des défenseurs des droits de l’homme (RDDH), ont organisé une conférence de presse, le samedi 19 janvier 2019, pour alerter l’opinion nationale et internationale sur la persistance de l’esclavage par ascendance dans la région de Kayes. C’était en présence de nombreuse victime pour faire leur témoignage. 

Avec le slogan : « Tant qu’un seul homme reste enchainé, nous sommes tous esclaves », la Vice-présidente du TEMEDT, Aichatou Walette Atanata, a dit que les évènements en cours à Kayes dont une communauté est victime de grave violation sont hors de la loi. Elle a assené que ces violations sont perpétrées sur des femmes et des enfants avec une destruction sans précédent de bien matériel, somptueux par des déplacements massives et de famine. Pour elle, les défis majeur de l’association TEMEDT consiste à viser le silence sur l’esclavage qui est persistant et contribuer ainsi à décomplexer la société malienne par rapport à certaine de ses tars injuste du progrès social.  «Nous visions comme objectif la promotion et la protection des droits humains notamment la lutte contre l’esclavage, la consolidation de la paix et la préservation de la cohésion sociale », a-t-elle exprimé. Avant de lancer un vibrant hommage à toutes les associations de défense de droit de l’homme , à la communauté internationale pour sauver ces communautés qui n’aspirent qu’à vivre dans la cohésion et la quiétude, au Gouvernement de la République, d’adopter le projet de loi criminalisant l’esclavage et pratique assimilé à l’instar des autres pays membres du G5 Sahel.

Pour le représentant de RMFP, M. Diadjily Maro Kanouté, a expliqué qu’à Kayes les personnes ont été gravement punis, marginalisés, agressés physiquement et chassés de leur maison et de leur village respectif. Selon lui, plusieurs familles ont été victime d’exil forcé depuis plusieurs mois, en plus de ses violences physique, morale, matérielle et psychologique. Selon lui, face à cette situation toutes les autorités sont restées inaptes. Avant de laisser entendre que le RMFP est déterminé à faire éradiquer l’esclavage et ses séquelles sur toute l’étendu du Mali, qu’ils ne ménageront aucun effort pour y parvenir.

M. TRAORE

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *