Header ad
Header ad

Mali-Météo : Les hommes de médias à l’école du lexique météorologique

Mali-Météo : Les hommes de médias à l’école du lexique météorologique

L’Agence nationale de la météorologie du Mali (Mali-Météo) a organisé, le mercredi 28 novembre 2018, au Centre de formation pratique Forestier Jean Djigui Keïta de Tabakoro, un atelier de formation des journalistes sur le lexique météorologique. Présidé par la Directrice générale adjointe du Mali-Météo, Tandia Fanta Traoré, cet atelier avait pour objectif de créer un espace d’échanges entre spécialistes de la production des informations météorologiques et ceux qui les médiatisent afin qu’elles puissent atteindre les usagers finaux. 

Le Mali fait partie des régions du monde les plus vulnérables aux effets des changements climatiques avec des conséquences néfastes sur son développement socioéconomique. Son économie, à vocation essentiellement agro-pastorale est particulièrement sensible à la variabilité annuelle et interannuelle de la pluviométrie. En effet, depuis la sécheresse des années 1970, l’ensemble des systèmes de production est devenu vulnérable aux enclines des changements climatiques. Face à ces phénomènes, des mécanismes de suivi et d’alerte précoce ont été développés par l’Agence nationale de la météorologie du Mali (Mali-Météo) afin de les prévenir, sauver des vies humaines et préserver les moyens de subsistance. Pour bien informer le citoyen, le Mali-Météo a organisé cette journée d’échange avec les hommes de medias.

En effet, l’introduction du chargé de Communication de l’Agence nationale de la météorologie du Mali (Mali-Météo), Issa Somboro a campé le décor de cette journée d’informations. A sa suite, la Directrice générale adjointe du Mali-Météo, Tandia Fanta Traoré a dit que cette journée d’informations doit permettre aux participants, dont une trentaine de journalistes venus de l’intérieur du pays et de Bamako, de s’approprier le fonctionnement du service météorologique, de ses missions, de ses activités et par effets induits de ses produits et informations afin d’assurer leur large dissémination pour améliorer la résilience des groupes affectés par les effets liés aux perturbations climatiques.

Par ailleurs, le DGA Fanta Traoré a fait savoir que le climat change, il a toujours changé sur la terre. C’est d’ailleurs, selon elle, ce qui a permis de façonner les écosystèmes actuels et la biodiversité qui nous accompagne encore aujourd’hui. «Mais actuellement il change trop vite et les vivants que nous sommes, avons du mal à répondre aussi rapidement alors que paradoxalement, nous sommes à la base de ce changement », a-t-elle indiqué. Pour la DGA Tandia Fanta Traoré l’enjeu majeur est alors l’adaptation aux impacts du changement climatique, sujet particulièrement important pour l’ensemble des parties à l’accord de Paris, dont l’article 2 entérine l’objectif mondial à long terme, et dont l’article 7, renforce la prise en compte et la planification par tous. En plus, de son point de vue, il s’agit également de lutter contre la pollution de l’atmosphère : les émissions de gaz à effet de serre ou des polluants climatiques sont souvent associées à d’autres émissions de substances toxiques. D’estimer que le défi est alors celui de l’atténuation du changement climatique, c’est-à-dire de la réduction des émissions de gaz à effet de serre, laquelle s’accompagne de la réduction des émissions d’autres polluants.

Cependant, la DGA a révélé qu’il est établi que les impacts du changement climatique frappent plus durement les populations pauvres et vulnérables, et en premier lieu les femmes. Pour preuves, a-t-elle soutenu, dans de nombreux pays en développement comme le Mali, le bois de chauffage fréquemment utilisé pour la cuisson des aliments produit des fumées toxiques qui provoquent des maladies.

Pendant cet atelier, les participants ont bénéficié des communications sur « Présentation du Mali-Météo », « les enjeux des changements climatiques, quel rôle pour la météorologie » ; « le Cadre national pour les services climatiques (CNSC) » ;« l’assistance météorologique au monde rural » ; « Rôle, fonctionnement et perspectives de l’agence nationale de la météorologie » exposé brillamment par la DGA Tandia Fanta Traoré, Almahadi Maiga, Mamadou Samaké et Issa Traoré, tous experts à la matière.

Ainsi, il est à retenir que les participants ont élaboré des recommandations dont la direction du Mali-Météo rassure sa mise en œuvre pour consolider ce partenariat.

G. COULIBALY  

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *