Header ad
Header ad

POCIM : Rapports du présidentielle 2018 et la concertation du découpage territorial présentés

POCIM : Rapports du présidentielle 2018 et la concertation du découpage territorial présentés

La Mission d’Observation du Pool d’Observation Citoyenne du Mali (POCIM) a présenté ce mardi 12 mars devant un parterre de journaliste à l’Hôtel MAEVA Palace de Bamako ses rapports d’observation de l’élection présidentielle du 29 juillet, du 12 aout 2018 et des concertations régionales sur le découpage territorial du 13 au 17 novembre 2018. C’était lors d’une conférence de presse animé par le chef de mission du POCIM, Ibrahima Sangho.

Dans le cadre de la mission d’observation, le POCIM a déployé, lors des deux tours de l’élection présidentielle des 29 juillet et 12 aout 2018, 84 observatrices/observateurs à long terme ; et 1 980 Observatrices/Observateurs à court terme sur toute l’étendue du territoire national.

Par rapport au processus électoral, le chef de mission du POCIM, estime que l’élection présidentielle de 2018 s’est traduite par : la faiblesse de l’implication des organisations de la société civile malienne ; le retard dans la promulgation de la loi électorale, à seulement trois  3 mois de la tenue de l’élection présidentielle ; la faible vulgarisation de la loi électorale auprès des populations dont la très grande majorité est non alphabétisée en français ; le grand écart constaté entre le taux de distribution des cartes d’électeurs (75% soit 6.073.181, à la date du 10 aout 2018) et le taux de participation des citoyens (34,42% au deuxième tour du 12 aout 2018, soit 2.753.698 électeurs) ; la persistance du défi sécuritaire au centre et au Nord du pays etc.

Après le scrutin présidentiel, il dira que les recommandations finales du POCIM, se fixent à : créer un cadre propice à l’exercice pacifique, par toutes les sensibilités, des droits et libertés politiques, en particulier les libertés de réunion et de manifestation ; accomplir la mission des candidats et partis politiques au service public notamment par la formation, l’éducation et la sensibilisation des militants ainsi que l’encadrement des élus ; communiquer avec les partis politiques et les candidats sur les règles et subtilités du contentieux électoral afin de permettre l’exercice judiciaire de leur droit à un recours ; préserver et renforcer, en tout temps, la culture de la paix et de la non-violence qui caractérise le peuple malien ; continuer avec les partenaires à soutenir le processus électoral au Mali ainsi que toutes les initiatives en vue d’un retour à la paix et la stabilité sur l’ensemble du territoire national  etc.

‘’S’agissant de la tenue des concertations régionales, le POCIM recommande la poursuite du dialogue politique inclusif entre le gouvernement et l’ensemble des partis politiques. Ce dialogue devrait porter sur toutes les questions pertinentes de l’heure, y compris le système électoral et son impact sur la représentation nationale, a déclaré M. Sangho. Selon lui, le POCIM recommande aussi une large vulgarisation du contenu de la loi de 2012 sur le découpage territorial ainsi que des textes issus des consultations actuelles. Répondant aux questions des journalistes, le conférencier, Ibrahim Sangho a fait savoir que le retard accusé pour la publication des rapports est du à un souci de produire un rapport quantitatif.

Fatogoma COULIBALY 

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *