Header ad
Header ad

Refus d’entrer dans le Gouvernement : L’opposition doit jouer franc jeu avec le peuple malien

Refus d’entrer dans le Gouvernement : L’opposition doit jouer franc jeu avec le peuple malien

Plus de dix jours sans gouvernement, dans un pays qui se trouve dans une situation chaotique. Nommé Premier ministre, le 22 avril 2019, par le président de la République, Dr. Boubou Cissé a la peine à former un gouvernement. Ce retard est dû au refus de l’opposition d’entrée au gouvernement à cause des malentendus entre eux pour des supposés postes ministériels. 

Le Mali vit une des heures les plus sombres de son existence. Rien ne va que ça soit au nord, au centre et au sud. La situation sécuritaire est dégradée; la grogne sociale ne dit pas son nom; l’économie est fragile. Face à cette situation du pays, le départ de l’ancien Premier ministre SBM a été manipulé par certains leaders religieux et soutenu par les acteurs politiques de l’opposition et de la majorité. Une motion de censure a poussé SBM à la porte du départ. Alors, le président IBK a opté pour un gouvernement de large ouverture. Cette idée est de permettre aux filles et fils du pays de s’entendre, de se donner les mains pour faire face aux défis cruciaux du pays. En effet, face à cette situation, les partis de l’opposition avait adressé au président de la République un accord politique qui pourrait les garantir dans le gouvernement. Cet accord aurait été jeté dans l’eau. Du coup, le Premier ministre Dr. Boubou Cissé a élaboré ainsi un accord politique et les partisans de cet accord l’ont signé hier jeudi. Il est a préciser qu’il est clairement mentionné que l’adhésion au présent accord ne constitue point une garantie d’obtention de postes ministériels pour un parti ou un regroupement de partis. Tous les signataires se verront, cependant, offrir la possibilité de contribuer à l’action du gouvernement.

L’opposition doit jouer franc jeu avec le peuple malien. Aujourd’hui le Mali est entre les mains des politiciens qui majoritairement n’ont aucun souci pour ce pays, par contre ils sont les acteurs destructifs du pays. Alors, l’opposition dont Soumaila Cissé est le chef de fil doit forcement contribuer en laissant ce gouvernement travailler. En outre, pour certains, l’URD a refusé de signer pour conserver son poste de chef de file de l’opposition avec un budget annuel de 500 millions de F CFA. Le MPR pour refus du Président de la République d’accepter la collaboration avec son Président. Le CNID pour rivalité personnelle entre son Président et le Président de la République. Le FAD pour respect à leur principe politique de rester dans l’opposition et de ne pas participer à la gestion du pouvoir qu’ils critiquent.

Pour les autres opposants, le FARE n’a pas signé l’accord politique pour principe d’un manque de dialogue social et politique au préalable ; le SADi pour rejet du mode de gouvernance du régime actuel et pour incompatibilité avec les idéaux du parti ; l’ADP-MALIBA pour querelles intestines rendant caduque le comité exécutif et l’option de son fondateur est l’opposition pure et simple.

M.L. KONE

Le Fondement

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *