Header ad
Header ad

10e session du Conseil de l’USJPB : Des performances malgré la Covid-19

10e session du Conseil de l’USJPB : Des performances malgré la Covid-19

La 10esession ordinaire du Conseil de l’Université des sciences juridiques et politiques de Bamako (USJPB) s’est tenue, le mardi 29 décembre 2020, dans la salle de conférence du Rectorat de ladite université. C’était en présence des administrateurs, du Recteur, Pr. Moussa Djiré et la présidente du conseil, Diarra Fatoumata Dembélé. 

Au cours de cette session, les administrateurs de l’Université des sciences juridiques et politiques de Bamako (USJPB) ont procédé à l’examen des réalisations courant 2020 dont l’adoption du compte rendu de la session précédente et du contrôle de l’état d’exécution des recommandations ; l’examen du rapport d’activités et du rapport annuel de performance 2020, du plan d’actions 2021; l’examen du projet et du contrat annuels de performance ; l’examen du rapport financier 2020 et du budget 2021; l’examen et à l’adoption du manuel de procédures administratives, financières et comptables.

Cependant, il faut souligner que cette 10esession ordinaire du Conseil de l’Université des sciences juridiques et politiques de Bamako (USJPB) s’est tenue dans un contexte particulier, celui de la pandémie du Covid-19 qui a obligé le gouvernement à prendre des mesures restreignant la bonne marche des Institutions d’enseignement supérieur et des administrations. S’y ajoute la crise politique institutionnelle d’août 2020 suivie des sanctions de la CEDEAO et de la suspension de l’aide des partenaires au développement. Selon la présidente du Conseil, Diarra Fatoumata Dembélé, cette situation est exacerbée par les grèves à répétition des différentes centrales syndicales, plongeant ainsi le pays dans une longue quête de stabilité. En dépit de ce contexte difficile, dit-elle, la marche de notre Université peut s’analyser sous deux angles. Elle a su maintenir le cap en consolidant ses acquis. «Nos précédentes sessions nous ont permis d’asseoir les fondements de la nouvelle approche du fonctionnement stratégique de notre Université, et de la mettre définitivement sur les rails de la bonne gouvernance administrative, scientifique et sportive, de la diversification, la professionnalisation et la modernisation des offres de formation, de l’amélioration des conditions d’étude et de travail et de la coopération interuniversitaire», déclare-t-elle.

Des réalisations salutaires

En outre, dans la réalisation récente de l’USJPB, la Présidente du conseil Fatoumata Dembélé cite, entre autres, l’initiative de la déclaration commune des recteurs des cinq Universités publiques visant à pacifier l’espace universitaire et d’autre part, elle a initié des projets permettant l’autonomie financière de l’Université ; la clinique juridique pour la promotion du droit pratique, le Centre de formation de perfectionnement, le futur centre de recherche et de formation en sciences juridiques, politiques et administratives ; la mise en place de l’école doctorale commune ; les projets néerlandais OKP Sahel de renforcement des capacités en collaboration avec les Universités Abdou Moumoune du Niger et Joseph Ki-Zerbo du Burkina Faso et le démarrage du projet AFICAM; le lancement du LAGoss; la tenue du colloque international sur «le développement local, paix et sécurité en Afrique de l’ouest»; le lancement du projet «Esclavage et migrations forcées au Mali»; le séminaire doctoral régional avec la coopération luxembourgeoise; la signature de la convention interuniversitaire de gestion conjointe du Programme de formation des formateurs complétée par un manuel de procédures, définissant le cadre et les modalités de gestion, entre les Universités de Bamako, du PFF en matière de formations et de recherche doctorale et le plaidoyer pour le renouvellement et l’extension du PFF. « Je crois que ces réalisations, avec un budget modeste, méritent des félicitations au Recteur et à tous ses collaborateurs qui ont su prouver leur dynamisme collectif au sein de l’Université», estime-t-elle. Avant de souligner que cette session contribuera, comme les précédentes, à améliorer la gouvernance de l’USJPB dans tous ses aspects.

Le budget prévisionnel pour l’exercice 2021 s’estime à plus de 7 milliards de F CFA

Par ailleurs, le Recteur de l’USJPB, Pr Moussa Djiré a reconnu que l’année était très difficile avec la pandémie à Coronavirus. Malgré la Covid-19, il fait savoir qu’ils ont réussi à intégrer dans leurs habitudes le télétravail, la formation à distance et les webinaires. « Sur le plan pédagogique, seule la Faculté de droit privé doit encore boucler l’année académique 2018-2019», dit-il et de révéler qu’un enseignant-chercheur a été inscrit sur la liste d’aptitude des maîtres de conférences de la CNELA, quatre sur la liste d’aptitude des maîtres-assistants du CAMES et qui se préparent au concours d’agrégation de l’année2021. Pour le Recteur Djiré, les animations scientifiques se poursuivent et confirment le leadership de leur Université. En outre, il sollicite l’accompagnement ardent des membres du conseil pour la création d’un certain nombre de services tels que la clinique de droit, la cellule interne d’assurance qualité, etc.

Par ailleurs, le budget prévisionnel pour l’exercice 2021 est arrêté à la somme de 7 133 955 000 F CFA. Ainsi, il est à savoir que dans ce budget la subvention de l’État s’estime à 6 654 095 000 F CFA, soit 95% du budget total, elle constitue la contribution de l’État dans les dépenses de fonctionnement de l’Université. Quant aux ressources propres, elles s’estiment ainsi à 479 860 000 F CFA. Elles sont générées à travers la perception des droits d’inscription des étudiants (réguliers, candidats libres, professionnels et étrangers), les frais de formations continues (masters et licences professionnelles) et les projets de recherche financés par l’extérieur.

M.L. KONE

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *