Header ad
Header ad

Accord pour la paix et la réconciliation au Mali : La société civile monte au créneau pour sa mise en œuvre

Accord pour la paix et la réconciliation au Mali : La société civile monte au créneau pour sa mise en œuvre

Le président de la Coalition Citoyenne de la Société Civile pour la Paix, l’Unité et la Réconciliation Nationale (CCSC-PURN) Ahmed Mohamed Ag Hamani, a organisé, le lundi 11 février 2019, une conférence de presse à l’occasion du lancement du projet: « d’appui au renforcement de la société civile pour le suivi efficace du processus de l’accord pour la paix et la réconciliation au Mali », financé par la MINUSMA à hauteur de 34 630 380F CFA.

Ce projet permettra d’aboutir au renforcement des capacités de la société civile a effectué un suivi efficace de la mise en œuvre de l’accord pour la paix, de la réconciliation nationale à travers la mise en place de 6 observatoires régionaux. La mise en œuvre de ce projet continuera à favoriser une meilleure compréhension de l’accord pour la paix et la réconciliation par les organisations de la société civile leur participation inclusif au processus de paix et renforcement de leur rôle dans le processus décisif et décisionnelle.

Selon lui, la Coalition citoyen pour la Paix, l’Unité et la Réconciliation Nationale, par cette contribution de la MINUSMA, installera (6) observatoires, ses démembrements, afin d’en assurer le contrôle par les citoyens et les populations, après Sikasso et Kayes dans les localités de Ségou, Mopti, Tombouctou, Gao, Kidal, Taoudéni et Ménaka. Avant d’ajouter que l’objectif du projet est de contribuer à la consolidation du processus de paix en mettant davantage l’accent sur la participation des associations membres ou non de la coalition de la société civile en particulier celles des femmes et des jeunes.

Il dira aussi que le projet vise à rationaliser et accroitre la participation et la contribution de la société civile par l’information, la sensibilisation, l’observation, la veille, l’alerte dans le cadre du suivi du processus de mise en œuvre de l’accord pour la paix et la réconciliation au Mali au niveau national, régional et local. A ses dires, les chantiers relatifs à la mise en œuvre de l’accord pour la paix et la réconciliation au Mali sont nombreux mais surtout complexes. Il s’agit en effet : de la révision constitutionnelle, de la réorganisation administrative et territoriale, du calendrier électoral, et des réformes institutionnelles.

« Pour relever ces défis il est impératif d’assurer en tout premier lieu l’appropriation de l’Accord par les populations à travers une véritable et saine communication de proximité chose qui constitue aujourd’hui le cheval de bataille de la coalition citoyenne comme l’atteste son plan d’actions prioritaire 2019-2020 », a-t-il déclaré. Il a invité les PTF du Mali d’accompagner la mise en œuvre dudit projet et avant de remercier le PNUD, l’USAID/NDI, la Fondation Friedrich EBERT et la MINUSMA pour la réalisation de ce programme.

La représentante de la MINUSMA, a affirmée que la mise en œuvre de l’accord pour la paix issu du processus d’Alger reste demeure la priorité numéro un de la mission des nations Unis pour la stabilisation au Mali, l’implication des affections des affaires civiles témoin le soutien de la MINUSMA pour de telle initiative visant à consolider les acquis du processus de poste de crise, souvent reconnaissant la persistance de certain défis. La MINUSMA soutien aussi une série d’initiative des organisations de la société civile afin que du Nord au Sud des associations y compris des jeunes et des femmes puissent jouer un rôle décisif dans le processus de paix en cours au coté d’autres acteurs. La mise en œuvre de ce projet financé à hauteur de 34 Millions FCFA témoin de la bonne collaboration entre la coalition de la société civile avec 67 organisations et la MINUSMA.

M.O. COULIBALY

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *