Header ad
Header ad

Bouba Keita fils d’IBK enfin libre et hors du pays : Les raisons de sa séquestration pendant 06 mois par les autorités de la transition

Bouba Keita fils d’IBK enfin libre et hors du pays : Les raisons de sa séquestration pendant 06 mois par les autorités de la transition

Depuis le renversement du pouvoir de son père, le 18 août 2020, le fils d’IBK, Boubacar Keita dit Bouba était séquestré dans leur résidence à Sébenikoro. Il était privé de mouvement et souvent de son téléphone et d’internet. Après les démarches et la pression de ses avocats sans succès, le fils d’IBK, Bouba a écrit aux autorités de la transition notamment le Vice-président Colonel Assimi Goita afin qu’il puisse recouvrer sa liberté.

En effet, dans sa correspondance adressée au Vice-président de la Transition, datée du 18 janvier 2021, le fils d’IBK, Boubacar Keita dit Bouba rappelle que depuis les événements du 18 août 2020, qui ont vu la démission du Président Ibrahim Boubacar Keita et l’instauration d’une transition civilo-militaire, il est retenu contre son gré dans leur résidence à Sébenikoro, Bamako. Selon lui, malgré plusieurs correspondances envoyées aux autorités de la Transition, il n’a, à ce jour, reçu aucune raison officielle quant à cette privation de liberté. Cependant, il précise dans sa correspondance qu’il a cru comprendre que cela aurait un rapport avec « sa propre sécurité ». Dans ce cas, poursuit dans sa correspondance, et aux fins de vous faciliter la tache et de recouvrer ma liberté de mouvement, qu’il vous plaise de recevoir cette lettre pour faire valoir ce que de droit. « Je soussigné, Boubacar Keita, assigné à résidence depuis les événements du 18 août 2020 par les autorités de la Transition malienne, accepte d’être libéré à la condition de ne pas tenir pour responsables lesdites autorités en ce qui concerne ma sécurité lors de mes déplacements hors de mon lieu de résidence », déclare Bouba Keita dans sa correspondance adressée au Colonel Goita.

La réponse de Goita

Suite à cette lettre, le Vice-président, Assimi Goita à son tour a répondu au fils d’IBK, le 03 février 2021. « Par lettre en date du 18 janvier 2021, du courrier arrivé confidentiel n’0034 du 26 janvier 2021 du Ministère de la Justice et des Droits de l’homme, Garde des sceaux, relative à l’objet ci-dessus indiqué, vous avez porté à ma connaissance que vous êtes retenu contre votre gré dans votre résidence à Sébenikoro, que malgré plusieurs correspondance envoyées aux autorités de la transition, que vous n’avez reçu aucune raison officielle quant à la privation de liberté et que vous aviez cru comprendre que cela aurait un rapport avec votre propre sécurité. Vous dites également qu’à fin de recouvrer votre liberté de mouvement, vous acceptez d’être libéré à la condition de ne pas tenir pour responsables les autorités de la transition en ce qui concerne votre sécurité lors de vos déplacements hors de votre résidence en Réponse à votre correspondance, je prends acte de votre engagement », réplique le Colonel Goita.

Ainsi, après cette réponse Bouba a écrit sur son compte twitter le dimanche dernier avant de quitter le pays vers la Côte d’Ivoire où il a rejoint sa famille dont sa femme et ses fils et aussi son frère ainé, Karim Keita, les mots de remerciements aux autorités pour sa mise en liberté. « Apres avoir passé presque 6 mois (170) séquestré chez moi. Ma ‘’libération’’ m’a été notifié le 03 février 2021. Alhamdoulillah !! C’est aussi le lieu de remercier mes avocats, et tous ceux qui, de prés ou de loin, ont contribué à ce que je sois libre. A vous tous, Merci », laisse-t-il lire sur son  compte tweeter.

Par ailleurs, d’aucuns estiment que cette affaire est loin d’être sérieuse, car pour eux Bouba ne devrait pas être privé de sa liberté. D’autres, pensent que le coup d’État contre IBK était un arrangement entre ce dernier et les putschistes, sinon Karim Keita qui devrait être arrêté et jugé n’aurai pas dû fuir pour se retrouver hors du pays.

M.L. KONE

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *