Header ad
Header ad

Conseil National du MODEC : Le parti dénonce la mauvaise gouvernance d’IBK et déclare sa participation aux élections législatives

Conseil National du MODEC : Le parti dénonce la mauvaise gouvernance d’IBK et déclare sa participation aux élections législatives

Le samedi 25 janvier 2020, le parti du Mouvement pour un destin commun(MODEC) a tenu son Conseil National à la Maison du Partenariat Angers Bamako sous le thème central: « L’intervention des Forces de défense et de sécurité étrangères au Mali ». C’était en présence de tous les délégués du parti venus des régions et cercles du Mali et sous la présidence du président du parti, Konimba Sidibé.

Ce conseil national du Mouvement pour un destin commun (MODEC) a permis aux délégués participants venus de se pencher sur la position du MODEC face à la présence des forces étrangères au Mali. Sans aucune hésitation, il a évoqué que le problème du Mali se trouve au niveau la gestion catastrophique du pouvoir par IBK. Parlant des élections législatives prévues pour le 29 mars 2020, le Président SIDIBE a montré les inquiétudes du MODEC face à ce qu’il qualifie de l’incapacité notoire du gouvernement  à réaliser des élections propres. Ainsi il a martelé que si le gouvernement s’amuse à bâcler les législatives comme il l’a fait lors des présidentielles, il trouvera les militants, les sympathisants du MODEC sur son chemin. Il renchérit que le MODEC n’est pas prêt à tolérer une autre débâcle électorale pour tuer la démocratie chèrement acquise au Mali. « Comme tous les autres partis, le MODEC veut aller aux élections, mais que ça soit des élections transparentes et crédibles. Le MODEC ne veut plus que la voix du peuple malien soit volée afin d’installer des imposteurs au pouvoir qui finiront par se transformer en prédateur de l’économie nationale. La vie du parti. Aller de l’avant et faire du MODEC une formation politique qui compte sur la scène nationale », ajoute-t-il.

A l’issue des discussions autour des points à l’ordre du jour, des résolutions recommandations ont été faites par l’Assemblée entre autre : le problème du Mali n’est pas la présence des forces étrangères, mais la mauvaise gouvernance d’IBK ; le Mali n’est pas en capacité de lutter valablement face aux  terroristes, alors le MODEC est pour l’intervention des forces étrangères, mais pas sous la forme actuelle qui met le Mali sous tutelle. Une chose que la France de De Gaule a refusé par le passé; position litigieuse de la France, elle doit changer ses manières d’approche vis à vis du Mali; dans la mesure où les forces étrangères sont là pour aider le Mali et non le contraire, de cesser de traiter le Mali, un pays souverain sous le même pied d’égalité que les groupes armées; le retour de l’administration malienne à Kidal et partout au Mali ; le retour des réfugiés maliens dans leurs villes, familles et villages respectifs sans délai.

D. DIARRA

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *