Header ad
Header ad

Crise sécuritaire : Imam Mahmoud Dicko, l’incompris ?

Crise sécuritaire : Imam Mahmoud Dicko, l’incompris ?

Le Mali est devenu un pays anarchique, le pouvoir a failli et l’autorité de l’État est foulée au pied. Aucun État dans le monde ne peut se construire sans une autorité forte. Comme les philosophes le disent, on ne peut pas diriger un pays par sentiment. Dans la semaine dernière, l’ancien président du Haut conseil islamique du Mali (HCIM), Mahmoud Dicko, non moins parrain de la Coordination des mouvements et associations et sympathisants de Mahmoud Dicko (CMAS) a fait une déclaration lors d’un meeting qu’il a organisé au Palais Amadou Hampâté Ba, le samedi 29 février dernier, durant laquelle d’aucuns estiment  qu’il a incité les gens à la haine ; par contre d’autres trouvent que son message était adressé aux leaders terroristes dont Amadou Kouffa et Iyad Ag Ghali.    

Il y a deux semaines que le prêcheur Bandiougou Doumbia, leader de l’association islamique « Nouredine »,  est incarcéré à la Maison centrale d’arrêt de Bamako pour l’apologie du terrorisme et offense au président de la République et à sa famille. Par ailleurs lors du meeting tenu le weekend dernier, l’Imam Mahmoud Dicko ancien président du Haut conseil islamique (HCI) a fait une déclaration ambigüe, car pour certains il a incité les gens à la violence et la haine et pour d’autres, il a lancé un ultimatum à l’endroit des terroristes dont les deux leaders Iyad Ag Ghali et Amadou Kouffa. « Je lance un appel à Iyad Ag Ghali et à Amadou Koufa, qu’ils sachent que le pays a souffert, et qu’il y a eu assez de morts et d’écoulement de sangs. Toutes les guerres du monde ont connu une trêve. On ne peut pas dialoguer en continuant de faire des massacres. Au nom de l’ensemble du peuple, je leur invite au dialogue et à la trêve dans les hostilités. D’ici le vendredi, s’ils ne réagissent pas, nous sortirons tous le vendredi 6 mars pour décréter ce qu’il y a lieu de faire. S’ils refusent de faire la trêve, tous les citoyens seront appelés à s’assumer et à se tenir debout. Si l’État ne nous donne pas de précisions, le peuple malien prendra son destin en main à partir du vendredi », a-t-il énoncé. « Si rien n’est fait, le peuple malien prendra son destin en main, le vendredi prochain », a-t-il déclaré et d’ajouter que les jeunes doivent sortir avec les armes (les hanches, les bâtons…), car s’il estime qu’on ne peut laisser le pays dans cette situation. Au lendemain, l’Imam Dicko a reçu une convocation du tribunal de la Commune V. qu’il a bien répondu même si le gouvernement avait envoyé dans la soirée un émissaire pour lui dire que ladite convocation a été annulée et d’ailleurs son pardon a été sollicitée par ce dernier. Malgré cela, une foule est sortie pour accompagner l’Imam Dicko au tribunal et quelques cailloux auraient été jetés sur le tribunal. Du coup, l’Imam Dicko a rassemblé ses sympathisants à la devanture du terrain de football de Torokorobougou pour faire encore une autre déclaration. Il dira que le gouvernement veut le créer des problèmes sinon sa déclaration du meeting concerne les terroristes. « Il voulait qu’on sorte comme on vient de le faire et qu’il se passe quelques choses pour me faire porter le chapeau, mais Dieu merci il ne pourra rien faire contre nous. On sait comment ils sont venus au pouvoir c’était par la violence et il veut imposer cette même violence aux populations. Mais qu’il arrête ! », a-t-il indiqué.

En sus, le mercredi dernier soit au lendemain de sa convocation annulée au tribunal de la CV, l’Imam a tenu un point de presse pour faire ainsi une déclaration. Lors de ce point de presse, l’Imam appelle ses partisans et sympathisants de surseoir au rassemblement du vendredi. « C’est notre guide le Cherif de Nioro Mohamed Bouillé Haidara qui a demandé d’annuler le rassemblement prévu pour le vendredi vu la situation du pays. Mais, cela ne veut pas dire qu’on va abandonner cette lutte », a-t-il déclaré. Selon lui, ils vont suivre cette instruction du Chérif de Nioro et demander au gouvernement de faire en sorte que les enfants reprennent le chemin de l’école en mettant fin aux grèves des enseignants qui a tant duré et qui hypothèquent l’avenir des enfants voire la nation entière.

Par ailleurs, on peut dire en tout que l’Imam Mahmoud Dicko a été l’incompris dans son message, sinon il agit en faveur de la paix et la cohésion sociale au Mali.

M.L. KONE

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *