Header ad
Header ad

Issaka Sidibé, Président de l’AN, à propos de leur mandat : « Nous avons tout simplement montré notre détermination à faire de l’Assemblée Nationale une vitrine institutionnelle forte et attrayante »

Issaka Sidibé, Président de l’AN, à propos de leur mandat : « Nous avons tout simplement montré notre détermination à faire de l’Assemblée Nationale une vitrine institutionnelle forte et attrayante »

Conformément à l’article 65 de la Constitution chaque premier lundi du mois d’avril constitue une ouverture de session ordinaire de l’Assemblée nationale. C’est dans cette optique, que le lundi 06 avril 2020, s’est tenue l’ouverture de cette session désignant la dernière rentrée parlementaire sous la présidence du président de ladite institution, l’honorable Issaka Sidibé et ses collègues députés et en présence du Premier ministre, Dr. Boubou Cissé et certains membres de son gouvernement. Elle est la dernière session de la 5e législature.

Dans son allocution, le Président de l’Assemblée nationale, honorable Issaka Sidibé soulignera que la présente cérémonie intervient au moment où le monde entier est confronté à une situation épidémiologique critique, sans précédent, liée au Coronavirus également appelé COVID19. Concernant cette pandémie, il a exhorté les populations à s’approprier toutes les mesures édictées par le Conseil Supérieur de la Défense Nationale et les autorités sanitaires maliennes dont il salue les remarquables efforts dans la riposte contre le virus. « Ces efforts doivent cependant être poursuivis et renforcés car, faut-il le reconnaître, le Mali reste extrêmement fragile et très exposé », a-t-il dit. Cette situation résultant de la modestie de notre système sanitaire est exacerbée par l’encerclement de notre pays par des Etats limitrophes tous déjà contaminés. Notre seule vraie arme, à cet effet, demeure la prévention et le respect des gestes barrières, a-t-il conseillé. Avant de demander aux utilisateurs des réseaux sociaux d’éviter de publier ou de relayer des fausses informations sur le sujet. « L’heure n’est ni à la désinformation ni à l’intoxication encore moins à l’incivisme », a-t-il dit.

En tout état de cause, à l’en croire, la pandémie du COVID19 aura prouvé à suffisance la vulnérabilité de l’humanité toute entière et de l’économie mondiale. « Elle a entraîné un revirement spectaculaire dans la gestion des crises sanitaires et dans les mouvements de populations, à travers le monde. D’ailleurs, je pense sincèrement que cette pandémie doit être également comprise comme une vraie leçon de sagesse divine qui instruit au monde entier d’être davantage solidaire, car le malheur n’arrive pas qu’aux autres. Désormais, seule la solidarité internationale devrait s’ériger en maîtresse absolue dans la conduite des Etats et des peuples », a-t-il estimé.

Par ailleurs, par rapport aux élections législatives dont le 1er tour s’est tenu le 29 mars dernier, le Président Sidibé a invité les électeurs des circonscriptions concernées par le 2ème tour à s’acquitter de leur devoir civique, le 19 avril, afin de parachever le processus électoral. Je leur demande toutefois de veiller, à tout instant, au respect des gestes barrières requis.

Sur le plan sécuritaire, il dira que le pays continue de vivre des épisodes difficiles. Depuis le début de l’année, plusieurs attaques meurtrières ont été dirigées contre les communautés des cercles de Bandiagara et de Bankass, singulièrement les communes de Baye et de Ouenkoro. S’y ajoutent divers actes de braquage et de banditisme urbain et interurbain. A ce point, il sollicite le gouvernement de diligenter toutes actions idoines pour ramener, l’honorable Soumaila Cissé indemne à sa famille, qui se trouve entre les mains des ravisseurs depuis le 25 mars dernier. « L’occasion est bonne pour inciter les FAMAS à redoubler de vigilance et d’engagement car, comme chacun le sait, l’ennemi contre lequel nous nous battons est omniprésent, multiforme et souvent invisible », a-t-il énoncé. Il a ainsi salué les tournées du Premier ministre dans certaines localités du nord notamment à Tessalit, Kidal, Aguelhok et Ménaka, car cela a prouvé une fois de plus que le Mali est divers mais reste un et indivisible.

En plus des urgences nationales liées à la gestion du coronavirus et à la sécurité, l’actualité de notre pays est également dominée par la grave crise qui secoue le monde scolaire. A cet effet, le Président Sidibé dira ceci : « Nous sommes au regret de constater que les nombreux débrayages que l’école malienne connait, depuis des années, ne cessent de compromettre dangereusement l’éducation de millions d’enfants de notre pays. Consciente de ce risque, l’Assemblée Nationale s’est toujours investie afin que notre système éducatif puisse retrouver une accalmie et ses lettres de noblesse ».

En ce qui concerne l’année scolaire en cours, depuis le mois de janvier, notre Institution a multiplié les initiatives tendant à trouver une solution rapide et pérenne à la crise. C’est ainsi que des échanges ont eu lieu respectivement avec les syndicats d’enseignants concernés et des membres du Gouvernement. Il demande au gouvernement d’exécuter l’application de l’article 39 de la Loi N°2018-007 du 16 janvier 2018, depuis plus de deux ans par l’Assemblée nationale. A ses dires, la force doit rester à la loi. Au demeurant, il a salué toutes les avancées qu’a connues le cahier de doléances des syndicats dont la dernière en date concerne le décret fixant les taux mensuels de l’indemnité de résidence allouée au personnel enseignant de l’enseignement secondaire, de l’enseignement fondamental et de l’éducation préscolaire et spéciale. Selon lui, il urge que cette crise scolaire soit enfin derrière nous, à jamais. Il ne s’agit plus de jouer au sapeur pompier, en tentant de sauver les années scolaires une à une, mais de sauver plutôt l’école malienne dans son ensemble et de manière durable. « En clair, Mesdames et Messieurs, il s’agit de faire en sorte que l’avenir des enfants maliens ainsi que le devenir de la République du Mali ne soient plus hypothéqués par quoi que ce soit ou par qui que ce soit. L’Assemblée Nationale, quant à elle, continuera de jouer tout son rôle à cet effet », a-t-il insisté.

Il est à rappeler que cette 5e Législature qui s’achève le 02 mai prochain a eu à adopter 477 lois, des intenses activités de contrôle de l’action gouvernementale comprenant des séances d’Interpellation du Gouvernement, des Motions de censure, des nombreuses questions orales et des questions d’actualité, des missions de terrain, des créations de commissions d’enquête parlementaire, etc. « C’est dire qu’au cours de la Législature qui s’achève, nous avons tout simplement montré notre détermination à faire de l’Assemblée Nationale une vitrine institutionnelle forte et attrayante », conclut le Président Issaka Sidibé.

M.L. KONE

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *