Header ad
Header ad

Méditerranée : Des migrants maliens bloqués sur la mer depuis trois semaines

Méditerranée : Des migrants maliens bloqués sur la mer depuis trois semaines

Ils sont au total 49 migrants dont des maliens et des Nigérians bloqués sur la mer méditerranée il ya plus de trois semaines. Pour cause, l’Italie et Malte qui sont les pays les plus proches du large Libyen de ces migrants, refusent d’ouvrir leurs ports. Raison évoquée : ces deux pays estiment avoir accueilli assez suffisamment de migrants et se trouveraient contraint de fermer leurs ports. L’information a été donnée par nos confrères de la Radio France Internationale (RFI).

Selon les dernières informations, un navire humanitaire aurait recueillis les migrants au large de la Lybie. Mais depuis, aucun port n’a accepté de les laisser débarquer. Les deux pays sollicités pour l’accueil, l’Italie et Malte, s’y sont encore refusé ce week-end. Et cette situation inquiétante qui dure, il y a près qu’un mois, menace des migrants dans des conditions de plus en plus compliquées. Jointe par le média précité, Carleta Weble est coordonatrice de l’ONG humanitaire Allemande CI qui a repêché  17 de ces migrants : «  la situation est évidemment tendue.  Nous avons encore suffisamment assez de nourritures à bord, mais nous avons dû  commencer à rationner les boissons. C’est difficile, sur les 17 personnes que nous avons accueillies, il y a 16 hommes et une femme ; parmi les hommes, deux n’ont que 17 ans sont donc encore mineurs » a annoncé la coordonnatrice de l’organisation humanitaire. Selon elle, dans ces genres de situation urgente,  dans un premier temps le plus important c’est qu’ils puissent enfin accoster quelque part et que, les personnes concernées, puissent quitter le  navire.  Inquiète de la situation, Carleta Weble espère que : « les pays de l’UE se répartiront ces migrants, et qu’ils se mettront enfin d’accord sur une solution à long terme » a-t-elle souhaité. Pour que, préconise t elle, les passagers n’aient pas à attendre à chaque fois aussi longtemps à bord.

Pour la coordonnatrice de l’ONG, il est tout à fait compréhensible que  l’Italie et encore malte disent qu’ils ont pendant des années accueilli beaucoup de migrants chez eux.  Cependant, elle explique que ces deux pays,  sont les ports les plus proches. Et espère que : « l’un de ces pays décidera d’ouvrir son port pour éviter que nous ayons à naviguer encore une semaine pour aller jusqu’en Espagne. Nous comptons sur les autres Etats membres de l’Union Européenne. Ils doivent soutenir l’Italie et Malte au lieu de les laisser faire seul le travail » a martelé avait annoncé Carleta Weble au micro de nos confrères de RFI.

JB

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *