Header ad
Header ad

Mountaga Tall lors de sa présentation de vœux de Nouvel An 2020 à la presse : « Le DNI n’a abouti à aucune avancée significative »

Mountaga Tall lors de sa présentation de vœux de Nouvel An 2020 à la presse : « Le DNI n’a abouti à aucune avancée significative »

Le président du Congrès national d’initiatives démocratiques (Cnid-Faso Yiriwaton), Me Mountaga Tall a présenté ses vœux de Nouvel An 2020 à la presse hier, mercredi 22 janvier 2020. Il a profité de cette occasion pour se prononcer sur les sujets d’intérêt national dont les résolutions du Dialogue national inclusif.

Grand défenseur de la liberté d’expression et de la liberté de presse, Me Mountaga a, à nouveau, demandé la dépénalisation des délits de presse après avoir souhaité les meilleurs vœux de Nouvel An aux hommes de médias du Mali et d’ailleurs. Il a profité de cette occasion pour plaider pour l’indépendance économique des journalistes. Pour cela, il a demandé l’augmentation de l’aide à la presse. Me Tall a aussi demandé la punition des auteurs des atteintes à la presse.

Mountaga Tall tacle certains politiques

Le président du Cnid-Faso Yiriwaton a profité de cette présentation de vœux à la presse pour dénoncer les comportements peu orthodoxes de certains hommes politiques. Pour lui, le Mali est victime de ses dirigeants. « Depuis des décennies , le comportement de certains aventuriers politiques (les trahisons , les retournements spectaculaires de veste , la mauvaise gestion et les détournements de deniers publics, les invectives et les coups bas, les fraudes électorales et les scissions politiques, les discours irresponsables et excessifs, l’implication dans les scandales financiers, la non-prise en compte des besoins du plus grand nombre , l’abandon de nos valeurs sociétales, culturelles et religieuses) a fortement altéré l’image de l’homme et jeté un discrédit sur la politique », a-t-il déclaré à qui veut l’entendre. Certains dirigeants de la société civile n’ont pas échappé au tacle de Me Tall. Il dit haut et fort que certains parmi ces acteurs de la société civile n’ont pas joué leurs rôles. « Se sentant plus à l’aise dans les antichambres des palais et ministères, ils se sont, eux aussi, rendus complices de nombreux errements », a-t-il affirmé.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *