Header ad
Header ad

Un mercato vraiment raté à l’OM ?

Un mercato vraiment raté à l’OM ?

L’Olympique de Marseille a conclu le mercato hivernal avec une seule arrivée pour deux départs, ce alors que plusieurs mouvements étaient peut-être attendus ou au moins espérés. Les dirigeants de la formation phocéenne ont-ils failli à leur mission, ou au contraire ont-ils été suffisamment sages pour ne pas recruter dans l’urgence ?

Si l’Olympique de Marseille ne parvient pas à redresser rapidement la situation en championnat, l’exercice 2019-2020 se déroulera sans aucune compétition européenne au calendrier. Et ça ferait forcément très mal au Champions Project mené par Frank McCourt et Jacques-Henri Eyraud, ce alors que l’équipe avait échoué de peu dans la quête du podium au printemps 2018, pour s’avouer vaincue en parallèle en finale de la Ligue Europa face à l’Atlético de Madrid. Steve Mandanda et ses coéquipiers seraient donc bien inspirés de se remettre en selle promptement dans les semaines à venir, pour revenir jouer les trouble-fêtes derrière le Losc et l’Olympique Lyonnais, en compagnie des autres outsiders. Pour relancer la dynamique, Rudi Garcia comptera notamment sur Mario Balotelli, arrivé en provenance de Nice et qui a déjà marqué pour son premier but face au Losc (1-2).

C’est finalement la seule recrue que le technicien français a pu obtenir, ce alors qu’un latéral gauche était aussi visé pour compenser la saison pour le moins médiocre de Jordan Amavi. Mais rien n’est venu… Fallait-il de nouveau investir après les transactions opérées l’été dernier et les fiascos Duje Caleta-Car et Nemanja Radonjic, alors que Kevin Strootman semble enfin en mesure de se montrer sous son meilleur jour ? Pas forcément… Car l’OM n’a plus que 17 rencontres à disputer cette saison, et son effectif est déjà pour le moins étoffé, notamment dans le secteur défensif. Ainsi, Hiroki Sakai, qui reviendra ce week-end de la Coupe d’Asie des nations, peut se positionner comme un titulaire intéressant sur le flanc gauche de la défense, alors que Boubacar Kamara peut dépanner aussi à ce poste.

Bouna Sarr devra tenir la baraque à droite, avec le concours de Thomas Hubocan si besoin. Car le problème phocéen de ce début d’année reste son incapacité à réussi à se débarrasser de ses “boulets”. C’est le cas du Slovaque, mais aussi d’Aymen Abdennour, Clinton Njie ou Grégory Sertic. Ces joueurs encombrent la masse salariale et plombent les finances du club. Tant que ces indésirables ne seront pas évacués, il faudra donc recruter avec parcimonie en retour, car les vannes du propriétaire américain ne sont pas grandes ouvertes. Dans les dernières jours et dernières heures du mois de janvier, la direction sportive a bien tenté de se délester de ces hommes en vain. Seul Konstantinos Mitroglou a trouvé preneur. Et c’est déjà pas mal… (infosports)

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *