Header ad
Header ad

Vœux à la nation : IBK tient à la révision constitutionnelle

Vœux à la nation : IBK tient à la révision constitutionnelle

« Je renouvelle mon insistance sur un processus inclusif où toutes les forces vives de la nation, majorité, opposition, société civile, soient impliquées, se sentent concernées, puissent contribuer. C’est le prix à payer pour l’appropriation de nos réformes, de manière à éviter niches de polémique ou de controverse », c’est un d’extrait du discours, du Président de la République, Ibrahim Boubacar Keita, lors de la présentation de vœux de nouvel an 2019 à la nation.  

Après ses jours à la tête de l’Etat pour son dernier mandat, le Président de la République, Ibrahim Boubacar Keita a tenu un discours très longue dans lequel il touche tous les aspects de l’Etat, dont la révision constitutionnelle. « A tous, je redis que j’ai conscience, et conscience aigüe de l’obligation constitutionnelle qui m’est faite d’être et de rester le Président de tous les Maliens, ceux qui m’ont fait l’honneur de m’accorder leurs suffrages comme ceux qui en ont décidé autrement », a-t-il dit. Et de rappeler que sa main reste tendue à tous ses compatriotes. « Allons tous au rassemblement ! », a-t-il insisté. «Donnons-nous la main pour que réussisse la nécessaire introspection qu’appelle notre processus démocratique dont les faiblesses doivent être identifiées et corrigées » a indiqué le Président IBK et d’affirmer qu’il est indispensable de procéder à une révision constitutionnelle proposant les justes aménagements à partir de notre vécu institutionnel, à partir de nos fragilités, à partir de nos silences, à partir de nos imprécisions.

Du surcroit, le Président IBK a fait savoir qu’il a instruit au Premier ministre de conduire cette révision constitutionnelle et de mettre en place, dans les jours à venir, un comité d’experts qui sera chargé de proposer la révision de notre constitution et de conduire les réformes institutionnelles nécessaires au renforcement de notre démocratie. « Je renouvelle mon insistance sur un processus inclusif où toutes les forces vives de la nation, majorité, opposition, société civile, soient impliquées, se sentent concernées, puissent contribuer. C’est le prix à payer pour l’appropriation de nos réformes, de manière à éviter niches de polémique ou de controverse », a-t-il assené. « Nous sommes les héritiers d’une grande histoire. Mais nous ne  devons pas demeurer seulement héritiers des Grands Hommes, mais les continuateurs de leur œuvre grandiose, des acteurs du monde contemporain.  Nous devons avoir confiance en notre capacité collective à relever les défis complexes et inédits que l’histoire impose », a-t-il renchérit.

« Pendant la campagne électorale, et pour les cinq (05) prochaines années, j’ai soumis à votre appréciation un projet de société, un programme pour la paix et le progrès intitulé « Ensemble pour la paix et le progrès.  ANW KA MALIBA BE KA TAA GNE ! ». Je vous ai promis une meilleure gouvernance, je le ferai. Je vous ai promis des réformes politiques et institutionnelles courageuses, je le ferai. Je vous ai promis une croissance économique inclusive, je le ferai. Je vous ai également promis un développement du capital humain et l’inclusion sociale. Je le ferai aussi. Je vous ai ensuite promis des actions concrètes dans le cadre du changement climatique et le développement durable. Promesse sera tenue. Enfin, j’ai promis une diplomatie à la hauteur de nos ambitions. Je le ferai aussi », a-t-il évoqué. Avant d’ajouter que cependant que pour la réalisation de ces nobles desseins, il a besoin de maliens et maliennes, de leur énergie et de leurs bénédictions. « L’union sacrée, nous la devons à notre Pays », a-t-il sollicité.

B. KONE

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *