Header ad
Header ad

« Aucun pays ne peut se développer dans la langue étrangère », dixit Pr. Cheick Tidiane Sy lors de la conférence-débat du Collectif des jeunes de la Commune V

« Aucun pays ne peut se développer dans la langue étrangère », dixit Pr. Cheick Tidiane Sy lors de la conférence-débat du Collectif des jeunes de la Commune V

Dans le cadre de ses activités citoyennes, le Collectif des jeunes de la Commune V a initié une série de conférences débats pour informer les populations de ladite commune sur la Constitution du 25 février 1992 afin qu’elles puissent s’en imprégner et aussi s’apprêter pour son éventuelle révision. Après celle du quartier de Kalaban Coura, le samedi 23 février 2019, c’était le tour du quartier de Daoudabougou. Les populations, femmes, vieux et jeunes sont sortis sur le terrain de football dudit quartier pour assister à cette conférence-débat sur la Constitution. Elle était animée par le Pr. Cheick Tidiane Sy.

Le Secrétaire général du Collectif des jeunes de la Commune V, Mamadou Daou dans son intervention a souligné qu’aujourd’hui le grand enjeu constitue la révision constitutionnelle. Selon lui, cet instrument juridique de l’Etat, soubassement d’un Etat démocratique, est méconnu par les populations maliennes en générale. « Nous avons appelé les populations pour les expliquer à travers l’exposé d’éminent professeur, la Constitution, sa définition, son rôle et son éventuel révision », a-t-il expliqué. On se rappelle, a-t-il évoqué, que le président de la République actuel avait décidé comme ses prédécesseurs de faire la révision de la Constitution en fiasco. « Cette révision a divisé les maliens en deux camps ceux du non et ceux du oui. Alors nous, nous avons compris qu’entre ces deux tendances il y a une majorité qui est le peuple et qui ne connaît même pas la Constitution. C’est pour cette raison que nous avons initié ce projet en venant vers les populations de nos quartiers pour les expliquer réellement la Constitution. Nous comptons élargir dans les jours à venir dans tous les quartiers de Bamako et voire dans l’intérieur du pays », a précisé Le SG Mamadou Daou.

Quant au conférencier Cheick Tidiane Sy, Professeur de l’Université, dans son exposé, il a défini la Constitution et le rôle crucial qu’il joue pour un pays. Selon lui, la Constitution contribue à fixer les règles qui doivent gouverner la Cité. Et souvent certaines regèles peuvent être obsolètes on doit les remettre à jour. Il y a plusieurs éléments mais on prend l’un des cas. Quand on dit que tout citoyen a droit à l’éducation et à l’instruction ça veut dire que quelqu’un à l’obligation d’éduquer et d’instruire le citoyen. Ce qui n’est pas le cas aujourd’hui, affirme-t-il.  « Une Constitution n’est pas un Coran donc elle est susceptible à une révision à tout moment dès il y a la nécessité. Surtout dans ce cas d’espèce la Constitution actuelle du Mali date de 1992 donc ça fait 27 ans. Et en 27 ans beaucoup de choses ont changé et nous ne sommes pas dans la même réalité qu’en 1992 donc rien que pour cette raison de façon générale on doit revoir cette Constitution », a-t-il énoncé.

Ainsi, selon le conférencier Sy, aucun pays ne peut se développer dans la langue étrangère. Il a expliqué le cas du Japon, de la Chine, de la France qui ont été sous domination d’un autre pays à l’époque. Avant d’ajouter qu’au Mali nous ne sommes pas souverains parce que dans notre Constitution on affirme que la langue française est la langue officielle au Mali et pourtant si on fait un vote pour choisir une langue qui sera officielle ça serait la langue ‘’Bambara’’ parce qu’au Mali 55% de la population  en parlent, a-t-il indiqué.

Par ailleurs, concernant,  les experts choisis pour faire l’élaboration du projet de la Constitution qui sera soumis à un referendum ce n’est pas la bonne manière. « Ce sont des experts qu’on réunit dans une salle mais la plupart de ces experts là ne sont jamais allés à Kidal, à Hambouri, à Boni, à Tenekou etc. donc ils ne connaissent pas la réalité », a-t-il dénoncé. Pour lui, il fallait réunir les chefs de quartier à  travers un forum parce qu’ils connaissent leur terroir, c’est comme ça que ça se fait en France. Avant de terminer, il a invité les jeunes à lire la Constitution et à la comprendre.

S.B. TRAORE

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *