Header ad
Header ad
ALERTE

Droit des personnes handicapées : Les journalistes à l’école de la FEMAPH

Droit des personnes handicapées : Les journalistes à l’école de la FEMAPH

La Fédération Malienne des Personnes Handicapées (FEMAPH) a tenu, le jeudi dernier, un atelier de formation dans l’intention d’outiller les hommes de médias sur le droit des personnes handicapées, changer la perception de la population lambda sur la visibilité des personnes handicapées. L’ouverture de l’atelier était présidée par le président du FEMAPH, Moctar Ba, et les deux formateurs, Mamadou Sissoko et Dr Emanuel Théra, membre de la cellule de communication de la FEMAPH et conseiller sur le droit des personnes handicapées.

Le président de la FEMAPH, Moctar Ba, a précisé qu’il ya 19 Associations des personnes handicapées qui sont démembrées dans tous les cercles et dans toutes les régions, que les personnes handicapées font à peu près 2 millions. Il laisse entendre que tout ce qui touche la dimension de handicap touche tout le monde de façon générale. Au-delà de ça il faut voir l’aspect droit humain, avant de dire que dans notre perception traditionnelle au Mali les personnes handicapées sont des sujets dont qu’il faut apporter une certaine pitié et autour de la pitié il faut faire vraiment une politique de don de charité, la personne handicapée est considérée au Mali comme un sujet de charité, a déclaré le président BA.

Il dira qu’à travers les journalistes, cette perception des maliens aux personnes handicapées puisse changer et qu’au lieu de voir le handicap c’est la personne avec toute sa dimension de droit humain qu’il faudra voir, d’où l’appellation personne handicapée, on voit la personne d’abord et le handicap. «Nous voulons une visibilité mais une visibilité qui n’est pas tournée sur le caritative mais sur le droit humain », a précisé le président de la FEMAPH.

Selon les conférenciers, l’objectif c’est d’outiller les agents de communication de sorte que toutes les communications autour des personnes handicapées puissent passer de la manière la plus convenable. C’est le projet VIH et handicap pour que la stratégie nationale de lutte contre le VIH puisse prendre en compte les personnes handicapées, donc ce projet est un projet de plaidoyer afin que dans la dynamique nationale de lutte contre le VIH que les PH ne soient pas oubliés ou mises de coté.

Aussi, ils indiquent que les attentes envers les journalistes c’est d’harmoniser le langage des journalistes quant ils parlent du handicap pour éviter les conflits et les contradictions dans les différents articles, c’est aussi encouragez les journalistes à plus investigué  sur le handicap, et amener les autorités publiques à aimer les journalistes dans ce sens là, parce que ça demande plus de recherche.

Au cours de cet atelier, des terminologies adaptées pour chaque type de handicap ont été suggérées par les formateurs, la terminologie privilégiée et la terminologie inappropriée, qui sont entre autre : personne en situation de handicap (PPH), personne handicapée (CDPH) et non un handicapé ou un handicapé physique ; personne ayant une incapacité physique ou motrice et non handicapée physique ou moteur ; personne en fauteuil roulant et non un paralysé, un paralytique ; personne ayant une incapacité visuelle et non un aveugle ; une personne sourd et non les sourds ; personne ayant des problèmes de santé mental, et non les handicapés mentaux etc.

Retenons que le Mali a ratifié la convention internationale relative aux droits des personnes handicapées (CDPH) en 2018. Internationalisée par  la loi N°2018-027/du 12 juin 2018 portant promotion et protection des droits des personnes handicapées.

F. COULIBALY

LE FONDEMENT

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *