Header ad
Header ad

Enseignement supérieur : Une école doctorale créée

Enseignement supérieur : Une école doctorale créée

Suite à l’atelier d’élaboration et d’adoption des textes de création de l’École doctorale en octobre en 2020, un arrêté ministériel vient d’être pris par le ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, Pr. Amadou Keita. Il précise la création et organisation de l’école doctorale en droit, économie, sciences sociales, lettres et art du Mali.

Disons que cette école doctorale a pour objectifs de former des docteurs dans les domaines en sciences juridiques, politiques et administratives ; en sciences économiques et de gestion ; en sciences de l’homme et de la société ; en sciences de l’éducation et de la formation et enfin en lettre, langues et arts. Il vise également à concevoir et à piloter des projets de recherche et des expertises dans ces domaines ; à contribuer à la promotion, à la vulgarisation et au développement de l’enseignement et de la recherche dans les domaines susvisés.

En effet, cet arrêté n°02021-6005/MESRS du 31 décembre 2021 précise dans les dispositions générales qu’il est créé dans les trois universités du Mali une École doctorale dénommée École doctorale « Droit-Economie-Sciences sociales-Lettres et Arts » du Mali en abrégé ED-DESSLA-Mali. Il s’agit de l’Université des sciences juridiques et politiques de Bamako (USJPB) ; l’Université des sciences sociales et de gestion de Bamako (USSGB) et l’Université des lettres et des sciences humaines de Bamako (ULSHB). Au-delà de ces trois universités, il précise que d’autres institutions d’enseignement supérieur et de recherche (IESR), publiques et privées, nationales et étrangères peuvent être associées à l’école doctorale. Ainsi, les structures ciblées hébergent au moins une formation doctorale et au moins un laboratoire ou une équipe d’accueil en thèse de l’Ecole doctorale. Toutefois, de nouvelles structures peuvent créer une formation doctorale intégrée à l’école doctorale et/ou en mettant à la disposition de l’école doctorale un laboratoire ou une équipe d’accueil en thèse.

Quant à l’accès aux formations, l’article 04 des dispositions générales fait savoir qu’il se fait par sélection sur la base des critères définis dans le règlement intérieur de l’École doctorale. Néanmoins, les candidats doivent être titulaires d’un Master ou d’un diplôme jugé équivalent. Il est à indiquer que les IESR partenaires scientifiques assurent des enseignements au sein de l’École doctorale et/ou accueillent dans leurs laboratoires des étudiants en formation. Enfin, l’École peut établir une coopération avec des organisations publics ou privés œuvrant dans ses domaines de formation ou de recherche.

Autres écoles doctorales

Aujourd’hui, l’Institut supérieur de formation et de recherche appliquée (ISFRA) était le seul établissement public qui gérait les formations post-universitaires dans certains domaines dont les secteurs de l’agriculture, élevage, eaux et forêts, etc. Vu les insuffisances et aussi le basculement de l’enseignement supérieur vers le système LMD (Licence-master-doctorant), l’Institut de pédagogie universitaire (IPU), fut créé en juin 2018. Il est un établissement public à caractère scientifique, technologique ou culturel, avec pour mission d’assurer la formation continue des enseignants et la recherche en pédagogie et didactique universitaire. Ainsi, en plus des institutions universitaires étatiques, il faut noter également que quelques universités privées disposent l’école doctorale à travers les partenariats avec les universités étrangères reconnues internationalement. Ce qui offre le choix aux futurs thésards de jeter leur dévolu sur les meilleures universités dans leur domaine de formation pour décrocher son doctorant.

Par ailleurs, il est à retenir que les Ecoles doctorales est de nos jours une exigence académique pour garantir la visibilité et la qualité de nos formations doctorales. Elles sont un fait majeur pour l’enseignement supérieur du Mali, lorsqu’on sait qu’elles contribueront efficacement à la consolidation du dispositif juridique et opérationnel du système LMD au Mali. Elles permettent de se hisser au rang des institutions d’enseignement supérieur qui comptent dans la sous-région.

M.L. KONE

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *