Header ad
Header ad

Exploitation du bois au Mali : Des meures en faveur de la transformation locale

Exploitation du bois au Mali : Des meures en faveur de la transformation locale

Le ministre de l’Environnement, de l’assainissement et du Développement durable, Mme Bernadette Keita, a animé, le vendredi 05 février 2021, un point de presse, dans la salle de conférence de son departement. L’objectif était d’informer l’opinion nationale et internationale sur la réglementation de l’exploitation des forêts et des massifs forestiers ainsi que la promotion, la valorisation et la commercialisation des produits forestiers.

Chaque année le Mali en tant que pays sahélien perd environ 100 000 hectares de son potentiel forestier dû à l’exploitation du bois. Une véritable menace pour les écosystèmes sahéliens surtout que le Mali est considéré comme un puits de carbone. La majeure partie des bois coupés sont exportés et reviennent au Mali transformés en meuble. Pour inverser cette tendance, une synergie d’actions se pose surtout que les décrets pris par le ministère de l’Environnement, de l’assainissement et du Développement durable ont montré leur insuffisance.

De ce fait, le ministre de l’Environnement, de l’assainissement et du Développement durable en collaboration avec celui de l’Industrie, du commerce et de la Promotion des investissements et le ministère de l’Économie et des Finances, a pris des mesures pouvant corriger les insuffisances constatées. Après des analyses, les départements susdits ont adopté un arrêté qui permettra de préciser d’avantage le niveau de transformation requis par les textes en vigueur.

Selon le ministre Mme Bernadette Keita, cet arrêté interministériel aura pour avantage la transformation sur place du bois en vue d’améliorer son apport sur l’économie malienne à travers la création d’emplois et le relèvement du niveau d’industrialisation des unités de transformation. A ses dires, cet arrêté interministériel est un cadre favorable permettant d’organier la filière bois du Mali  tout en respectant les engagements régionaux et internationaux dans le cadre de la lutte contre la désertification, les changements climatiques, la restauration de la biodiversité, la dégradation des terres et la préservation des écosystèmes.

En plus d’elle, les représentants des départements concernés ont tour à tour exprimé leur engagement à appliquer cet arrêté. Désormais le bois sera exploité et transformé sur place au Mali pour le bonheur des maliens.

F. COULIBALY

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *