Header ad
Header ad

Migrances 2018 : « La situation des gilets jaunes en France risque d’aggraver, d’entrainer un durcissement du politique migratoire », dixit Aminata Dramane Traoré

Migrances 2018 : « La situation des gilets jaunes en France risque d’aggraver, d’entrainer un durcissement du politique migratoire », dixit Aminata Dramane Traoré

Dans le cadre de la commémoration de la Journée internationale des migrants, le Centre Amadou Hampâté Ba et le « Forum pour un autre Mali » (FORAM) de l’ancienne ministre, Aminata Dramane Traoré ont organisé, le mardi 18 décembre 2018, une conférence-débat sur la migration dans la salle de conférence dudit centre à Missira. Cette conférence dénommée Migrances 2018, est à sa 13e édition et avait pour thème cette année « Migrances 2018 : Quel modèle économique pour garantir à la jeunesse un avenir durable et au Mali, la paix et la sécurité ? ».  

Cette conférence-débatsa été animée par l’ancienne ministre de la Culture et du tourisme, Aminata Dramane Traoré, l’altermondialiste ; du Pr. Issa N’Diaye, écrivain et ancien ministre de l’éducation nationale; M. DiadiéDagnoko, ancien ambassadeur et ministre de la jeunesse et des sports et Mme Nathalie M’Dela-Mounier, écrivaine ainsi qu’une cinquantaine de participants.

Aujourd’hui le Mali est l’un des pays subsahariens qui a connu ces politiques migratoires répressives. Donc dans le cadre de la défense des droits humains de nos concitoyens, des africains migrants, nous avons estimé qu’il fallait faire un compte rendu de cet effort et lancer les débats citoyens que nous allons poursuivre en France. Donc faire en sorte de desserrer l’étau. Ça risque de coûter cher à nos pays, si nous ne réagissons pas pour nous-mêmes,  a introduit cette conférence Mme Aminata Dramane Traoré. « Nous considérons que les enseignements que nous avons capitalisés pendant ces 12 dernières années peuvent aider aujourd’hui dans ce contexte d’aggravation de la situation sur le plan mondial », a-t-elle souligné. Selon Aminata Dramane Traoré, la situation des gilets jaunes en France risque d’aggraver, d’entrainer un durcissement de la politique migratoire. « Comme la France même s’engage dans un débat national sur la situation en guise d’une sortir de crise de l’affaire dite des gilets jaunes et cela ne doit pas se faire sans l’Afrique et plus particulièrement le Mali », a averti l’altermondialiste avant d’alerter que la migration est un sujet qui est grave voire plus grave que celui du Nord. « Le sud dans sa globalité est perçue aujourd’hui comme une menace par le peuple du nord qui l’a colonisé et qui estime qu’aujourd’hui qu’ils peuvent continuer à franchir nos frontières, leurs marchandises circulent, ainsi qu’eux-mêmes librement : ils ne sont immigrants nulle part mais ils ne veulent pas que nous, nous puissions librement circuler; ils veulent obliger nos dirigeants à nous assigner à résidence. Donc il faut bien comprendre cela pour savoir comment changer l’économie. Nous-mêmes nous pouvons changer l’économie l’OMC interdit à nos pays de fermer nos frontières donc les marchés sont inondées de produits de mauvais qualités », a-t-elle décortiqué.

Tous les autres conférenciers ont abondé dans le même sens. Ainsi, le Pr Issa N’Diaye a évoqué que les jeunes Africains quittent leurs pays à cause des conditions de misère créées par le système mondialiste. Et de plaider pour un changement dudit système. L’ancien ministre de la culture DiadjéDanioko a, en ce qui le concerne, martelé que « nous avons dépassé le stade des dénonciations, il faut passer à l’action ». Pour en finir, l’écrivaine française, Nathalie M’Dela Mounier a soutenu que les sociétés civiles françaises sont contre les politiques migratoires de la France. Selon elle, l’un des défis à relever pour son pays doit être d’offrir un meilleur cadre de vie aux migrants dans leurs pays respectifs.

A. KOME

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *