Header ad
Header ad

Agriculture : L’ATI s’engage à aménager des terres et mettre de l’eau à la disposition des producteurs pour qu’ils puissent produire toute l’année

Agriculture : L’ATI s’engage à aménager des terres et mettre de l’eau à la disposition des producteurs pour qu’ils puissent produire toute l’année

Les administrateurs de l’Agence pour l’aménagement des terres et la fourniture de l’eau d’irrigation (ATI) se sont réunis, le jeudi dernier, pour tenir la 4e session ordinaire de leur Conseil d’administration. C’était sous la présidence du Secrétaire général du Ministère de l’Agriculture, Lassine Dembélé, assisté par le Président directeur général de l’ATI, Dr. Lamissa Diakité.

Au cours de cette 4e session ordinaire du Conseil d’administration de l’Agence pour l’aménagement des terres et la fourniture de l’eau d’irrigation (ATI) les administrateurs se sont penché sur l’examen du procès-verbal de la session précédente et l’état d’exécution des recommandations, le rapport d’activités 2018 et l’état d’exécution du budget ainsi que le programme d’activités et le budget 2019 qui s’élève à 7,8 milliards de Fcfa contre 2,9 milliards en 2018, soit une augmentation d’environ 167%.

D’entrée de jeu, le Secrétaire général du Ministère de l’Agriculture, Lassine Dembélé a noté que la création de l’ATI est l’un des engagements majeurs du projet de société du Président de la République. Selon lui, l’ATI constitue l’un des instruments privilégiés pour la promotion et le développement durable de l’Agriculture malienne par la réalisation et la gestion d’infrastructures et équipements ruraux. Il a soutenu que l’ATI a inscrit ses activités dans le cadre de la vision globale du Département de l’Agriculture, conformément à la vision du Président de la République. Pour la consolidation de ses activités, a-t-il avancé, l’Agence s’est surtout focalisée sur son opérationnalisation et la préparation de projets d’investissement. Au titre de son opérationnalisation, l’ATI a enregistré l’arrivée de plusieurs agents, toutes catégories confondues. Dans le cadre de la réalisation de ses activités, l’Agence s’est attelée à la préparation et à la mise en œuvre de projets et programmes en vue d’accélérer le rythme des aménagements hydro-agricoles, faciliter l’installation des investisseurs privés, assurer l’autosuffisance alimentaire et réduire la pauvreté, a-t-il égrené. Ainsi, il a salué les partenaires techniques et financiers qui accompagnent l’ATI dans la réalisation de ses missions, principalement la Banque mondiale, le CILSS, la FAO et la coopération espagnole. Avant d’inviter l’ATI à fournir des efforts pour la mise en œuvre effective des activités en vue de l’atteinte des objectifs approuvés par le conseil d’administration.

Pour sa part, le Président directeur général de l’ATI, Dr Lamissa Diakité, a estimé que 2018 a été une bonne année pour l’Agence dans la mesure où l’ensemble des activités assignées par le conseil d’administration ont été réalisées. Selon lui, les résultats obtenus avec la mise en œuvre des projets et programmes sont salutaires. Et de souligner quelques difficultés dont le problème financier et le problème de ressources humaines. Avant d’énoncer que l’ambition de son Agence est de faire du Mali un pays suffisamment arrosé par les eaux de surface et les eaux souterraines. De son point de vue, cela est une nécessité face à la réalité des effets du changement climatique. « Le rôle de l’ATI est d’aménager des terres et mettre de l’eau à la disposition des producteurs pour qu’ils puissent produire toute l’année. Notre objectif est que l’agriculture soit pratiquée les 12 mois de l’année. Nous sommes dans cette lancée, et au fur et à mesure qu’on avance l’objectif sera atteint. Nous voulons qu’au Mali l’on ne parle plus de sécheresse parce que le pays dispose suffisamment d’eau de surface et d’eau souterraine », a-t-il déclaré.

Retenons que l’agence a été créée en 2015 par le département de l’Agriculture, elle a pour missions de contribuer à la satisfaction des besoins en terres agricoles aménagées, d’appuyer la réalisation des infrastructures et équipements ruraux dans les bassins de production. Elle accompagne aussi les producteurs dans la gestion des aménagements hydro-agricoles. Elle vise à accélérer le rythme des aménagements, faciliter l’accès des producteurs aux terres aménagées et garantir la disponibilité et la fourniture de l’eau pour la satisfaction des besoins des exploitations agricoles dans les grands bassins de production.

B. KONE

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *