Header ad
Header ad
ALERTE

ENA : Les dessous de la démission du DG. Dr. Amadou Keita

ENA : Les dessous de la démission du DG. Dr. Amadou Keita

Le Directeur général de l’École nationale d’administration (ENA), Pr. Amadou Keita vient de démissionner de son poste. Nommé en 2017, l’homme connu pour son intégrité et son honnêteté n’aurait pas certainement accepté les pressions des hiérarchies pour faire passer les non-méritants au concours de l’ENA, tenu le 22 décembre 2018,  dont le résultat devait être proclamé le mercredi passé.

Selon les informations recoupées, le Directeur général de l’École nationale d’administration (ENA), Pr. Amadou Keita a remis sa lettre de démission au Premier ministre, Soumeylou Boubeye Maiga, le vendredi 25 janvier 2019 passé, dans son bureau. Il est à rappeler que ce concours aurait été le deuxième organisé par le Pr. Keita en tant que DG de l’ENA. Celui de  l’année passée, a été organisé sans aucune magouille et les meilleurs candidats sans être sous couvert ou avoir un bras long ont été admis. Alors, pour cette année, le concours s’est tenu le samedi 22 décembre 2018, et selon nos informations bien introduites, les résultats devaient paraître le mercredi passé et la commission qui est chargée de sa proclamation devait être statuée là-dessus le mardi. C’est avant cette date, le vendredi que le Pr. Amadou Keita a été reçu par le Premier ministre SBM et ce dernier l’avait demandé d’annuler le concours, que selon ses informations il y a eu des magouilles. Et pourtant, il n’a eu aucune magouille. Alors, que c’est-il réellement passé ?.

Au fait, selon nos informations, les politiciens surtout la famille présidentielle auraient amené leur liste de candidats à passer au concours. Ce qui a été catégoriquement refusé par le DG Keita, comme il avait laissé entendre lors d’une interview accordée au journal le Républicain quand il a été demandé si on peut payer pour passer au concours, il a répliqué par ceci « Non, on ne peut pas payer le concours de l’ENA. Organiser un concours, c’est comme rendre un jugement ». Ainsi, lorsque les tombeurs de cadres du pays auraient su que les noms de leurs candidats ne figurent pas sur la liste d’admis, ils auraient manigancé avec la complicité du PM d’annuler le concours. Donc le PM aurait dit au Pr. Keita d’annuler ce concours et qu’il va l’aider à organiser un autre. La réponse du Pr. Amadou Keita était non. Primo, il n’est pas à sa première fois d’organiser un concours et le PM devrait savoir qu’il fut doyen de la Faculté de droit public et secundo, il n’y a pas eu de  corruption et encore moins des magouilles avec ses résultats, qui devaient être proclamés le mercredi passé. Pire selon nos informations, ces candidats dont ils voulaient faire passer par la corruption et la magouille n’auraient que 2, 3 ou 6 comme notes qui sont des notes éliminatoires selon les textes de l’ENA.

Après de durs échanges entre les deux personnes, le Pr. Amadou Keita serait sorti du bureau du PM pour ensuite revenir afin de le remettre sa lettre de démission. Ce qui aurait été une surprise pour le PM, parce qu’il aurait pensé que le DG est revenu pour le donner un avis favorable. « Je ne sais ce que ça veut dire les dessous de table. Je suis un enseignant chercheur qui a appris à vivre de ses travaux », avait dit lors de son interview avec notre confrère du Républicain. Et d’avancer que « Il n’y a aucune pression sociale. La pression, ça vient de la société surtout, parce que tout le monde pense au Mali que les concours, il faut toujours payer comme vous le dites. On pense que tout est monnayable, il s’agit de dire aux gens qu’à l’ENA, ce n’est pas possible. En tant que directeur, je n’ai fait l’objet d’aucune pression ».

« Le très Redoutable! Le très honnête! Le très dense Pr. d’Enseignement Supérieur! Le très respecté et intègre, Dr. Amadou KEITA, Maître de Conférences en Droit et en Sciences Politique, Directeur de l’École Nationale d’Administration (ENA), aurait claqué la porte selon des sources journalistiques concordantes. Ancien Doyen de la Faculté des Sciences Juridiques et Politiques, Ancien membre de la Cour Constitutionnelle, Ancien Conseiller Spécial du Médiateur de la République. L’homme a la réputation de ne pas céder face aux pressions. Il est allergique au favoritisme, au népotisme, au clientélisme, au chantage. Pr. Comme j’aime vous appeler, en vous connaissant, on sait que vous l’aviez toujours fait quand les choses tournent à l’injustice et aux inégalités. Ce n’est pas la première que le Pr. démissionne de hautes fonctions en abandonnant tous les avantages et autres émoluments, le cas de votre démission de Conseiller à la Cour Constitutionnelle, en est une parfaite illustration », a témoigné l’un de ses connaisseurs.

Par ailleurs, cette situation est entrain de faire perdre espoir a beaucoup de maliens quant à l’avenir de ce pays. Pour eux, la seule école qui est entrain de forger les cadres chevronnés et valeureux serait  désormais entre les mains des vautours du pays. Selon certains, le Mali est depuis presque deux décennies entrain de perdre ses cadres valables, honnêtes et loyaux. Cette situation s’explique selon d’aucuns par le baisse du niveau de formation de base. Les différents concours pour entrer dans la fonction publique sont alors devenus une affaire de magouille, de corruption, de népotisme, de clientélisme et de favoritisme de la part des autorités. L’exception pendant ce dernier temps était celle de l’École Nationale d’Administration (ENA).

Qui est Amadou KEITA

Amadou Keita est Maître de Conférences en droit et science politique de l’Université des Sciences Juridiques et Politiques de Bamako. Il a été successivement Doyen de la Faculté de Droit Public, Membre de la Cour Constitutionnelle du Mali et Conseiller Spécial auprès du Médiateur de la République. Il a une riche carrière scientifique internationale pour avoir été chercheur associé du CNRS à Sciences Po Bordeaux (France) et Professeur invité à l’Université de Trento et à l’Université du Piémont Oriental (Italie). Aussi, au sein du Groupe d’Étude et de Recherche en Sociologie et Droit Appliqué (GERSDA) dont il est le Coordinateur Général, il travaille sur les questions institutionnelles, de décentralisation, de gestion des ressources naturelles et collabore avec de nombreuses institutions au Mali et à l’étranger comme Les Afriques dans le Monde de Sciences Po Bordeaux et le Groupe d’Étude sur la Mondialisation et le Développement (France), le Centre interdisciplinaire de recherche en développement international et société de l’UQAM (Canada), l’Institut International pour l’Environnement et le Développement (Grande Bretagne).

Amadou Keita est auteur ou coauteur de nombreuses publications et de rapports de recherche. Il est également écrivain et a publié un roman et un recueil sur la parole sous forme de poésie.

Rappelons que la Nouvelle ENA a été créée en 2006 par l’ancien Président de la République Amadou Toumani Touré. Sa philosophie et valeurs, placées au carrefour des administrations maliennes, l’ENA vise l’excellence dans l’accomplissement de sa mission entièrement dédiée à la professionnalisation des cadres. À cet effet, le culte du travail bien fait, la transparence, l’écoute de l’autre, le respect des règles et de l’égalité, l’évaluation des résultats sont les fondamentaux qui régissent son action.

S.B. TRAORE

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *