Header ad
Header ad

Gestion des magasins de l’annexe II de l’artisanat : Bazoumana Fofana demande la vérification du Bureau du vérificateur général

Gestion des magasins de l’annexe II de l’artisanat : Bazoumana Fofana demande la vérification du Bureau du vérificateur général

Depuis la construction de l’annexe I de la grande mosquée de Bamako, pour permettre l’entretien et l’assainissement de ladite mosquée, le fond de cette annexe aurait être détourné. Dès sa construction, le frais de location de ces magasins a été fixé à environ de 500 000 F mais aujourd’hui les revenus de frais de location s’estiment à 7 millions de F CFA. Selon l’opérateur économique, Bazoumana Fofana avec ce montant, on peut dire il y a du détournement du fonds, car l’assainissement n’est pas du tout à hauteur du souhait. C’est pourquoi, il demande que le Bureau du vérificateur général de faire un tour pour s’imprégner de la gestion de ce fonds.

Rappelons que la Grande Mosquée de Bamako est un don de l’Arabie Saoudite, construit dans les années 1974, pour permettre de doter à la communauté musulmane un lieu de culte digne de son nom. Construite au pleine de Bamako, près de la grande marché les gens qui ont piloté de cette construction dont l’opérateur économique Bazoumana Fofana faisait partir ont eu l’aide de demander au pays donateur de construire des magasins sur l’espace vide de la grande mosquée. L’idée était de permettre

De même pour permettre l’annexe construite par l’Arabie Saoudite à prendre en charges les dépenses inhérentes dans la gestion de la Grande mosquée, il a fait des propositions à qui de droit à l’époque, mais par manque de bonne volonté la suite est connue aujourd’hui. En la réaménageant, parce qu’elle est en étage, la Grande mosquée aurait profité en ayant une centaine de boutiques au lieu de 12 magasins. Et, au lieu de 510 000 de francs CFA par mois ça pourrait rapporter plus de douze millions de francs CFA. « J’estime qu’il est urgent pour le Vérificateur général de faire un tour pour éclairer la gestion du fonds de l’annexe I de l’artisanat qui est sous la gestion de la grande mosquée », a dit le sieur Bazoumana et de faire savoir que parmi les gestionnaires d’aujourd’hui de la grande mosquée il y a des hommes qui ne sont pas honnêtes et qui sont devenus les grands businessmans. « J’estime que c’est très honteux de voir l’état de salubrité des toilettes de Grande mosquée de Bamako. Et pourtant l’annexe construite par l’Arabie saoudite, donateur de la Grande mosquée de Bamako, avait pour but de prendre en charge les dépenses inhérentes de l’assainissement de ce lieu du culte à travers ses frais de location », a-t-il dit. Alors la question que je me pose est de savoir d’où les revenus de ces frais de location. Il suffit de faire un tour au niveau des toilettes on se rend compte de l’état salubrité. Pour faire le passage il faut sauter sur les eaux usées avec odeur insupportable. Selon lui, il est inadmissible que dans un pays à 95% musulmans on n’arrive pas à assainir les lieux du culte.

Pour mémoire d’homme, la première pierre de la Grande Mosquée de Bamako a été posée le 08 août 1974 par le représentant de l’Arabie Saoudite. Après la construction, c’est le Grand Imam de Médine qui est venu à Bamako pour son inauguration. Engagé pour l’unité des musulmans et aussi la bonne gestion de la Grande Mosquée, Bazoumana Fofana est l’un des fondateurs en 1976, de la création de l’Association malienne pour l’unité et le progrès de l’islam (AMUPI) qui rassemblait les ‘’Wahhabites et non Wahhabites et le Soufi c’est-à-dire ceux pratiquant la confrérie Tidianiya’’.

M.L. KONE

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *