Header ad
Header ad

Mamadou Yara, DG de Yara Oil : « Notre secteur d’activité est consacrée à l’importation, le stockage et la distribution des hydrocarbures au Mali »

Mamadou Yara, DG de Yara Oil : « Notre secteur d’activité est consacrée à l’importation, le stockage et la distribution des hydrocarbures au Mali »

La société Yara Oil est une société très connue depuis plus de trente (30) ans dans le domaine de l’hydrocarbure. Elle ne cesse de satisfaire ses clients en leur offrant la meilleure qualité d’hydrocarbure.

En effet, lors d’un forum d’information sur la contribution de Barrick au développement du Mali tenu en janvier dernier, le jeune très dynamique Directeur général de la Société Yara Oil, Mamadou Yaranangoré a exprimé sa bonne collaboration avec la société minière Barrick Gold Corporation ex Randgold Ressources. Selon lui, cette grande société minière contribue au développement de ses fournisseurs locaux. « La politique de Barrick a toujours été articulé autour du développement des sous-traitants locaux depuis le début. Yara Oil qui évolue dans les hydrocarbures depuis plus de 30 ans, est un produit de Barrick. On a commencé avec Barrick en 1996 à l’époque, c’était Randgold Ressources et on est toujours avec la société après des années. Notre collaboration avec Barrick nous a permis de développer notre business dans un autre sens. Notamment dans le domaine de la technologie, la formation sur les différentes techniques d’approvisionnement des sociétés minières. Choses qui nous ont permis de grandir et développer, voire d’occuper une place de choix dans notre secteur d’activité qui est consacrée à l’importation, le stockage et la distribution des hydrocarbures au Mali », a-t-il expliqué, avant de faire savoir que Barrick représente 50% de son chiffre d’affaire.

Par rapport à l’autre question de savoir si l’or brille pour le Mali, il répond par Oui.  Pour que l’or continue de briller, il pense qu’il faudra développer davantage la sous-traitance locale. Pour ce faire, il invite la société Barrick de redoubler d’efforts et d’être patiente. En ce sens que pour faire face aux exigences de la mine, les sous-traitants doivent être prêt techniquement. Il faudrait donc les accompagner et les former pour renforcer leur capacité, ce qui au finish, sera un partenariat gagnant-gagnant. « Ce qui m’a personnellement marqué durant ma collaboration avec Barrick, c’est la disponibilité de toute l’équipe. Chose qui m’a aidé à m’agrandir et à me développer. Mes sincères remerciements à Mark Bristow qui joue un rôle de directeur commercial pour moi. Il m’encourage et m’ouvre des portes. Ce qui m’a donné la chance de collaborer avec d’autres sociétés consœurs. Aujourd’hui je suis dans plus de 80% des mines au Mali », nous confie-t-on. Et M. Yara de conclure en invitant les plus hautes autorités, les responsables des mines, les sous-traitants et les populations à se donner la main pour que l’or brille encore mieux pour le Mali.

Cependant, il est à souligner que ce forum était présidé par M. Abass Coulibaly, directeur général dudit complexe, en présence des autres responsables, des patrons d’entreprises de sous-traitance locale. Ces derniers ont témoigné l’apport de ladite société à l’épanouissement de leurs entreprises respectives.

Par ailleurs, il ressort de ce forum que cette société ne ménage aucun effort pour que le Mali soit un pays émergent. Sa politique de nationalisation de son personnel est tout d’abord un fait marquant. Sur un total de 5 322 employés, 5 106, soit 96% sont des nationaux. Sans oublier l’apport au développement des localités riveraines à travers des projets. Toute porte à croire que l’or brille pour le Mali. Au cours de ces 24 dernières années, Barrick a payé à hauteur de 2.9 milliards US$ sous forme de dividendes, taxes et redevances. 275 millions de dollars est le montant qu’a payé Barrick aux sous-traitants et fournisseurs locaux en 2020 (services, achat de pièces de rechanges et de carburant). De surcroit, la contribution des trois mines de Barrick représentait au cours de ces dix dernières années entre 5 à 10% du PIB du Mali.

M.TRAORE

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *