Header ad
Header ad

Personnes vivant avec le VIH : 8,5% connaissent l’exclusion sociale et familiale

Personnes vivant avec le VIH : 8,5% connaissent l’exclusion sociale et familiale

Le Réseau malien des associations de personnes vivant avec le VIH a organisé, le mercredi 13 février 2019, une journée de porte ouverte pour faire connaitre sa structure, ses services et ses savoirs-faires. Au cours de cette journée une conférence-débat a été organisée pour bien édifier l’opinion nationale et internationale sur les actions menées pour l’atteinte de l’objectif «90-90-90». Elle a été animée par la présidente de Coordination des associations de personnes vivant avec le VIH (CAP+), Mme Mariam Touré ; le Point focal de l’Observatoire communautaire sur le traitement, Dramane Koné et le Secrétaire administratif, Amadou Sangho.

Dans son discours introductif, la présidente de Coordination des associations de personnes vivant avec le VIH (CAP+), Mme Mariam Touré a souligné que le Réseau malien des associations de personnes vivant avec le VIH (RMAP+) a eu l’appui financier d’une somme de dix millions de F CFA en vue de contribuer à l’atteinte des trois 90. C’est ainsi qu’à l’instar de onze autres associations dans cinq régions du Mali, le CAP+ a été choisi pour réaliser trois jours de campagne de sensibilisations couplées de dépistage dans les communes de Balasko, une conférence-débat sur le VIH et le sida et la journée porte ouverte avec un repas convivial pour la lutte contre la stigmatisation, a-t-elle expliqué. «Nous remercions le RMAP+ pour cette confiance placée en nous qui nous a permis d’impliquer les sept associations», a dit la présidente et d’affirmer que le CCM/Mali montre à suffisance le désir du Mali de mettre les personnes vivant avec le VIH au centre de la réponse au Mali. «Nous vous assurons que nous mettrons tout en œuvre pour mériter cette confiance et relever le défi de l’atteinte des Trois 90», a-t-elle rassuré. Selon elle, la campagne de sensibilisation couplée de dépistage à Lassa, Banakabougou et Sénou a enregistré 1064 personnes dépistées dont 12 positifs.

Il ressort dans l’exposé du conférencier, Dramane Koné que le plan de rattrapage pour l’accélération de la réponse au VIH au Mali, en 2016 a montré que pour l’atteinte des objectifs 90-90-90 au Mali, 98218 personnes doivent être dépistées et connaître leur statut, 88396 personnes doivent être mises sous traitement ARV et 79556 personnes doivent avoir une charge virale indétectable. Selon lui, en juin de 2015 le bureau régional de l’ONUSIDA a organisé un atelier pour faciliter les pays de l’Afrique de l’ouest à faire l’étude sur l’index de la stigmatisation et de la discrimination des PVVIH. Pour le cas du Mali, le comité a fait les phases de collecte, de saisie et d’analyse des données de ses enquêtes. Ainsi, pour ses explications, l’enquête a été menée auprès de 686 PVVIH dont 257 hommes soit 37,50% contre 429 femmes soit 62,50%. Parmi eux, 76,20% des enquêtés habitaient dans les zones urbaines pendant que 20,80% habitaient dans les zones rurales.

Par rapport à la situation d’emploi, il a indiqué que 203 enquêtés soit 29,6% étaient sans emploi et le revenu mensuel moyen est 82320 f CFA pour un ménage de 6 personnes. En sus, concernant l’exclusion des PVVIH au niveau social et familial, 8,5% des 686 enquêtés ont été exclus au niveau social et familial à cause de leur statut sérologique et pour d’autres raisons non spécifiées autant pour les hommes que pour les femmes. Les femmes représentent 81,5% des exclus. Elles le sont dans les activités comme faire la cuisine, manger ensemble, dormir dans la même chambre, et cela à cause de leur statut sérologique dans 76% des cas. S’agissant de l’accès au travail, aux services de santé et d’éducation, 54 personnes soit 9,1% ont perdu un emploi ou une source de revenu. Et 42 personnes soit 7,1% ont été refusées pour un emploi ou une opportunité de travail en raison du statut sérologique. «22 personnes soit 4,3 se sont vues refuser les services de planification familiale à cause de leurs statuts sérologiques», a-t-il expliqué.

S.B. TRAORE

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *