Header ad
Header ad

Dégradation de l’éducation dans le milieu scolaire : Est-ce le résultat des échecs?

Dégradation de l’éducation dans le milieu scolaire : Est-ce le résultat des échecs?

Une des valeurs les plus chères de notre société reste l’éducation. Pourtant, cette valeur  tend à atteindre le paroxysme de la dégradation. Et cette situation a un impact néfaste sur la situation sociale, les comportements des enfants envers les ainés, envers les enseignants, le résultat scolaire, bref la dégradation du tissu social. Quid de la tentative du manuel controversé ?

L’éducation commence dès le bas âge. Du moins, restent convaincus la majorité des parents. Cependant, pères et mères s’accordent sur la complexité d’éduquer de nos jours, les gosses. Pour cause, les  adolescents perdent peu à peu, depuis quelques années, le repère. Face à cela, certains enfants se trouvent en ballotage, entre deux écoles ou courant d’éducations distinctes. Père et mère, chacun y va de sa manière. Ce qui peut, justement donner des résultats psychologiques néfastes chez l’enfant. Toute chose qui y va de  son comportement  dans le milieu scolaire et social car se trouvant coincé au milieu de deux écoles distinctes.

Il y a une forte nuance à dégager pour la bonne éducation d’un enfant : sévérité des deux parents  dans l’éducation de l’enfant,  ou  peut être amabilité qui permet tout à l’enfant et qui lui  promet même éden. Ce qui, de fait, résultera le plus souvent, de rencontrer des enfants qui se permettent tout et qui croient que tous leurs est permis. En tous cas, il se fait rare de nos jours, les parents qui trouvent un ascendant sur leurs enfants. Ces derniers emportés plus par leurs milieux scolaires, leurs environnement ou encore leurs fréquentations que l’éducation reçue en famille.

Le milieu scolaire

Jadis lieu d’initiation aux bonnes mœurs ou d’apprentissage et d’épanouissement, l’espace scolaire est de nos jours, le lieu le plus sollicité par les enfants pour opérer leur gang. C’est-à-dire, le lieu où ils mettent à profit l’utilisation de tous genres d’excitants (drogues, chanvres indien, cigarettes etc.) ces excitants selon des spécialistes, engendrent la déficience mentale chez les moins jeunes, ce qui pourrait évidemment résulter des résultats scolaires non reluisants chez eux. Face à ce dam, les pauvres parents qui, croient que l’école est un endroit propice pour leur progéniture, tombent à leur grande surprise sur tout le contraire et le phénomène leur surpasse. Une fois les enfants à l’école, les parents perdent toute aptitude de contrôle sur eux ce qui dégénère le plus souvent car échappant au contrôle ou au regard vigilant des maitres (enseignants). Ceux-ci également n’ayant plus de pression sur les enfants malavisés et qui demeurent sous l’influence de leurs parents, ne sont pas en mesure de contrôler les élèves.

Mais des solutions demeurent « les parents doivent éduquer d’abord psychologiquement leurs enfants. Et c’est cette éducation psychologique qui pourrait amener le parent à contrôler son enfant même n’étant pas présent » estime Abdoulaye Fofana parent d’élève, et enseignant au fondamental. Pour lui, les enseignants perdent en ces moments tous moyens de pression sur leurs élèves faute d’éducation préalable et fondamentale reçue à la maison.

Le paradoxe est à son comble ni les enseignants ou les parents d’élèves ne trouvent des moyens de pression sur les gamins. Toute chose qui prouve qu’il y a certainement une prédominance de la fréquentation. Ce suscite la faille de l’éducation de ces deux acteurs incontournables dans l’encadrement d’un enfant.

Ce phénomène s’explique chez les criminologues qui soutiennent le plus souvent, que l’adolescence est dominée chez l’enfant par la rupture avec la famille, la recherche de groupe de gangs, ou la rébellion. Cependant,  des mesures envisageables restent à portée « en face des adolescents, il faut savoir quand monter la pression, quand le soutenir, et quand lui conseiller surtout et ce sont des conseils qui peuvent aider l’adolescent à surmonter cette période. Car à cet âge, l’enfant a beaucoup besoin de conseil pour qu’il ne soit pas emporté par les réalités qu’il vit dans les milieux fréquentés » préconise Adama Diourté, sociologue et parent d’élève.

Il est donc évident que l’éducation de l’enfant,  qui à même, façonne sa personne,  a un impact sur son comportement, sa mentalité et bien sûr aura des impacts positifs ou non sur ses résultats scolaires. Car, un enfant qui a reçu une éducation de qualité à la maison, est plus facile à encadrer à l’école que celui qui a échoué dès l’éducation reçue dans le foyer.

JB

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *