Header ad
Header ad

Lutte contre la corruption : Une semaine de sensibilisation lancée

Lutte contre la corruption : Une semaine de sensibilisation lancée

A l’instar des autres États parties de la convention des Nations Unies contre la corruption, le Mali vient de lancer une semaine dénommée « Semaine nationale de lutte contre la corruption et la délinquance financière ». Débutée le 09 décembre pour prendre fin ce lundi 16 décembre 2018 sous le thème : « Unissons-nous contre la corruption pour le développement, la paix et la sécurité ».

 L’objectif visé pendant cette semaine est de mener une véritable campagne d’information, de sensibilisation et d’éducation contre la corruption et ses dangers sur tout le territoire national et spécifiquement à Bamako et à Ségou.

La cérémonie de lancement de la semaine nationale de lutte contre la corruption et la délinquance financière a eu lieu, le mardi 11 décembre 2018, dans la salle de conférence du Mémorial Modibo Kéita sous la présidence du Premier ministre, Soumeylou Boubeye Maiga et en présence du ministre de la Réforme de l’Administration et de la Transparence de la vie publique, Mme Safia Boly ; les partenaires ainsi que les cadres de la société civile.

Le 9 décembre de chaque année, la Communauté Internationale célèbre la Journée Internationale de lutte contre la corruption, adoptée par l’Assemblée générale des Nations Unies. Cette célébration, offre l’occasion à tous les acteurs, notamment ceux institutionnels et les acteurs non étatiques, de réfléchir sur les causes, les manifestations, les conséquences socio-économiques et les stratégies de lutte à développer, pour réduire l’ampleur de ce phénomène multi-facette, à défaut de l’éradiquer complètement.

Selon le ministre de la Réforme de l’Administration et de la Transparence de la vie publique, Mme Safia Boly, la corruption est comme un phénomène social, politique et économique complexe qui touche tous les pays. Elle sape les institutions démocratiques, ralentit le développement économique et entraine l’instabilité gouvernementale, a-t-elle définit.

Pour elle, il faut donc mesurer la gravité du phénomène pour que les actions soient proportionnelles et qu’ensemble tout le monde s’engage pour dire non à la corruption et à la délinquance financière.Mme le ministre de souligner que les débats sur la corruption sont certes passionnants, mais au-delà de toute passion, saisissons cette opportunité pour débattre de tout et faisons de meilleures suggestions car après tout, il s’agit du Mali, de l’avenir de notre pays, insiste-t-elle.

Le Premier ministre, Soumeylou Boubeye Miaga, dans son intervention, s’est dit engager avec son gouvernement sous la vision du président de la République à relever les principaux défis de la gouvernance publique qui sont aussi nombreux et variés, à savoir : la prévention et la répression de l’enrichissement illicite au Mali ; la transparence dans la gestion des finances publiques ; et la déclaration de biens des responsables de la gestion publique.

B. DIALLO

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *