Header ad
Header ad
ALERTE

Recherche scientifique : La bibliothèque du Pr. Yacoub Doucouré visitée par le ministre Pr. Assétou Founè Samaké Migan

Recherche scientifique : La bibliothèque du Pr. Yacoub Doucouré visitée par le ministre Pr. Assétou Founè Samaké Migan

Le ministre de l’Innovation et de la recherche scientifique, Pr. Assétou Founè Samaké Migan a visité, le mardi 08 janvier 2019, la bibliothèque du Professeur Yacoub Doucouré, chez lui à Daoudabougou. Elle était accompagnée lors de cette visite par une forte délégation dont, le Secrétaire général dudit Ministère, Pr. Drissa Diakité ; le Directeur de l’Institut des sciences humaines; le Directeur de l’Institut Cheick Zaid des sciences juridiques et économiques; le Directeur de l’Institut des hautes études et de recherches islamiques Ahmed Baba de Tombouctou (IHERI-ABAT) l’Institut de haut études islamiques, des recherches Hamed Baba.

A l’arrivée, le ministre de l’Innovation et de la Recherche scientifique, Pr. Assétou Founè Samaké Migan et sa délégation ont été accueillies par le Pr. Cheick Yacoub Doucouré, et ses siens dans son grand salon, aborné par les livres. Le programme de cette visite a été amorcé par la lecture d’un verset du Coran, suite de quoi, le Pr. Yacoub Doucouré a pris la parole pour souhaiter la bienvenue à ses hôtes. Selon ses dires, depuis son enfance il a été piqué par la passion du savoir. Ce vieux sexagénaire né à Kayes et passé une quarantaine d’années à Sikasso, réside depuis 2015 à Bamako dans le quartier de Daoudabougou. «Lors de ce séjour à Sikasso, j’ai réalisé un établissement scolaire franco-arabe de la 1e à 12e année, dénommé lycée ”Oumouna”», a-t-il expliqué et d’ajouter qu’en marge de cet établissement, il a fondé et animé un cercle d’études islamiques avec comme auditeurs, toutes les catégories socioprofessionnelles, notamment celle des fonctionnaires. Il a indiqué que ses œuvres personnelles se chiffrent à plus d’une centaine de livres et plus d’une cinquantaine de lettres et publications. «Ma bibliothèque personnelle compte plus de 40 000 livres en arabe et plus de 10 000 en français », a souligné le Pr. Doucouré et d’indiquer que ces livres sont répartis entre 14 chambres à Sikasso et à Bamako. « Ces ouvrages traitent de tous les domaines de la connaissance. Ce pourquoi ma maison est un lieu pour les étudiants qui viennent consulter les ouvrages sans frais, notamment dans le cadre de la préparation de leur mémoire », a-t-il affirmé. Ainsi, il a avoué qu’aujourd’hui, les principales préoccupations par rapport à cette bibliothèque sont les problèmes d’espace de stockage et de gestion moderne et sécurisée du patrimoine. C’est pour cette raison, il a sollicité l’accompagnement du ministre de la tutelle dans ce sens.

Pour sa part, ministre de l’Innovation et de la recherche scientifique, Pr. Assétou Founè SamakéMigan n’a pas camouflé son allégresse face à ce trésor inestimable du Pr. Doucouré. « Nous sommes là en tant qu’autorité en tant que département en charge de la diffusion du savoir pour non seulement le remercier et voir dans quelle mesure nous pouvons contribuer à l’accompagner pour que le maximum des maliens puissent bénéficier de ses œuvres », a-t-elle déclaré. Pour Mme le ministre, dans un premier temps, il s’agit de faire connaitre cet espace, de faire connaitre ses œuvres, parce que lui seul il a écrit beaucoup de livres, de continuer ce qu’il a commencé avec les jeunes, juridiques et les débats mais aussi de l’accompagner en termes de catalogage de ces livres comment les rendre plus accessibles et aussi comment en faire profiter les espaces universitaires et de recherche. « Si aujourd’hui nous devons faire une estimation de ce dont il dispose, cela dépassera le Milliard. Si nous devons tout simplement accumulé le franc qu’il a mis dans ces livres ça dépasse aujourd’hui le milliard. Je ne connais pas pour l’ensemble du Mali mais je pense que rare sont nos concitoyens qui ont un tel trésor », a-t-elle estimé. « C’est fort de cette différente contribution que nous sommes là aujourd’hui pour d’abord magnifier ce qu’il a fait pour découvrir son trésor inestimable », a-t-elle énoncé. En sus, selon le ministre, dans le cadre de la mission que le Président de la République l’a confiée dont le développement et le rayonnement de la connaissance au Mali, son département va voir très rapidement comment l’accompagner et quelle interconnexion avec l’enseignement universitaire et de recherches.

Notons que le Professeur Cheick Yacoub Doucouré a remporté successivement en 2015 et 2016 le prix de meilleur écrit en poésie en arabe en Arabie Saoudite, cela parmi plus de 700 docteurs participants venus partout à travers le monde. Il est aussi le Président du cercle, créé, il y a plus de 30 ans à Sikasso.

S.B. TRAORE

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *