Header ad
Header ad

USSGB : Le nombre pléthorique des étudiants reste l’une des préoccupations

USSGB : Le nombre pléthorique des étudiants reste l’une des préoccupations

Les administrateurs de l’Université des Sciences Sociales et de Gestion de Bamako (USSGB) se sont réunis, le lundi 21 janvier 2019, pour tenir la 7e session ordinaire de leur Conseil de l’université. C’était dans la salle de conférence du Rectorat de ladite université sous la présidence du Président du conseil, Pr. Amadou Diallo et le Recteur de l’USSGB, Pr. Samba Sow.

Les administrateurs se sont penchés au cours de cette 7e session ordinaire du Conseil de l’Université des sciences sociales et de gestion de Bamako (USSGB), sur l’examen du tableau du suivi de la mise en œuvre du plan d’actions 2018, l’examen du rapport d’exécution du budget 2018 et l’adoption du budget 2019.

Selon le Recteur de l’USSGB, Pr Samba Diallo, cette session aurait dû se tenir plus tôt,« mais nous n’avons pas pu respecter le délai imparti en raison d’une certaine lourdeur administrative qui n’a pas permis le renouvellement du mandat de tous les membres du conseil, mais surtout à cause de certaines reformes intervenues dans le domaine financier que nous n’avons pas bien assimilées et maîtrisées ». Il s’agit de la réforme du budget programme en lieu et place du budget des moyens auxquels ils étaient habitués, ainsi que celle portant sur le compte unique du trésor.

En parlant de la réforme et norme d’effectif des étudiants, le Président du conseil, Pr Amadou Diallo a regretté la plus grande masse d’effectif des étudiants dans nos universités. « Regardez un tout petit peu autour de vous, vous allez voir que toutes les universités qui respectent les normes du système d’une université ne dépassent pas un effectif de 15 000 étudiants. Tandis que nos universités dépassent largement les limites et qui posent toutes sortes de problèmes chez nous », a-t-il confirmé.

Avant de poursuivre que les frais d’inscriptions doivent être augmentés à la norme de l’espace UEMOA soit de 25 000 FCFA au lieu de 5 000 FCFA.

C’est pourquoi, le budget prévisionnel de 6 385 179 FCFA contre 6 711 080 F CFA a été adopté, soit une baisse d’environ 5%. Ainsi, la subvention de l’Etat décroit de 5% (5 431 728 000 FCFA contre 5 746 128 000 en 2018). Et les Ressources propres (RP), sans les reports sont de 953 451 000 CFA contre 964 952 000 CFA en 2018, soit une baisse de 1,2%.

Par ailleurs, il est à retenir que l’université a pu construire une nouvelle bibliothèque adéquate digne de ce nom et bien dotée dans la cours de l’IUG.

B. DIALLO

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *