Header ad
Header ad

Visite du ministre du Commerce au CAI-sa : « La pomme de terre est un produit pour la contre saison…cela permettra que l’on planifie à bien le temps de soudure », dixit Modibo Keita, PCA du CAI-Sa

Visite du ministre du Commerce au CAI-sa : « La pomme de terre est un produit pour la contre saison…cela permettra que l’on planifie à bien le temps de soudure », dixit Modibo Keita, PCA du CAI-Sa

Le ministre du Commerce et de la Concurrence, Alhassane Ag Ahmed Moussa a rendu, le mardi 26 février 2019, une visite dans le Complexe agro-pastoral et industriel (CAI-Sa) de Modibo Keita. Cette visite avait pour objectif pour le  ministre d’être le témoin oculaire des réalisations, la qualité et l’organisation de cet entrepôt de pomme de terre et aussi de voir comment les prix de la pomme de terre resteraient abordables pour les consommateurs. Il était accompagné par quelques membres de son cabinet et aussi le Directeur général du Commerce, de la Consommation et de la Concurrence (DGCC).

A son arrivée dans ce Complexe agro-pastoral et industriel (CAI-Sa) sise à Sotuba dans la zone industrielle, le ministre du Commerce et de la Concurrence, Alhassane Ag Ahmed Moussa a été accueilli par le patron du lieu, Modibo Keita, Président du Conseil d’administration du CAI-Sa et non moins Président directeur général du Groupe Keita, en présence de la Directrice générale dudit complexe, Awa Mahamadou Koïta. Une visite guidée a permis aux hôtes du PCA Modibo Keita de découvrir des réalisations gigantesques faites à travers des chambres froides frigorifiques d’une capacité de 30 000 tonnes.

Comblé par ce qu’il a vu et découvert, le ministre du Commerce et de la Concurrence, Alhassane Ag Ahmed Moussa a dit que l’objectif de cette visite dans ce Complexe c’est de voir comment améliorer la commercialisation de la pomme de terre. Selon lui, les chambres froides frigorifiques dans ce CAI-Sa  permettront d’améliorer la commercialisation de la pomme de terre qui est la première industrie au Mali et aussi réguler les marchés de la pomme de terre. « La pomme de terre n’est plus un produit de luxe mais c’est un produit de premier nécessité au Mali », a-t-il précisé.

Aujourd’hui les prix en kilos pour les consommateurs de la pomme de terre  varient entre 200, 250 et 350 F CFA, selon les marchés. Mais pendant la période de soudure qui commence de juin jusqu’au mois d’août, les prix de la pomme de terre aux consommateurs peuvent monter jusqu’à 500 F CFA le kilo voire 600 F CFA. Pour le ministre, cette année l’objectif est de maintenir ces prix au prix plafond de 350 F CFA le kilo. Et de faire savoir que la protection des consommateurs est une des mesures principales de son département à travers la Direction générale du Commerce, de la Consommation et de la Concurrence (DGCC). Il a révélé que le président de la République, Ibrahim Boubacar Keita tient à ce que les prix des denrées alimentaires soient abordables pour les consommateurs maliens. Ainsi, selon lui cette visite vise aussi, en collaboration avec ses collègues notamment le Ministre de l’Économie et des finances, celui du Développement industriel et celui de l’Agriculture, d’accroître dans l’avenir la production de la pomme de terre de manière que l’autosuffisance soit assurée. « Aujourd’hui nous produisons pratiquement 75% de nos besoins. Nous avons une production de 300 000 tonnes pour un besoin de consommateur de 400 000 tonnes. Nous pouvons si on s’organise au niveau de la production, au niveau des structures de distribution nous pouvons mettre à la disposition des consommateurs un produit de pomme de terre vraiment qui est à importer », a soutenu le ministre et d’estimer que les circuits de distribution, d’organisation et de rationalisation sont extrêmement importantes pour la stabilisation des prix.

Pour sa part, le patron des lieux, Modibo Keita, Président du Conseil d’administration du CAI-Sa a affirmé que la capacité de production de son complexe est de 30 000 tonnes avec une capacité journalière qui varie entre 10 et 200 camions. « Nous avons mis ce complexe en œuvre depuis 2008 et nous avons beaucoup investi dedans et avons été aidé par la Banque mondiale. L’idée est venu en 2008 lorsque le pays se trouvait dans une crise céréalière et nous nous avons demandé pourquoi ne pas faire quelques choses, surtout que notre pays dispose de l’Office du Niger. Alors on s’est lancé et aujourd’hui c’est devenu une réalité. La connaissance est là, la technicité est là on emplois ici 100% de  maliens sauf une structure qui nous supervise en matière de chambres froides. Nous envisageons de construire d’autres chambres froides dans la cour et nous continuons toujours dans l’amélioration de notre façon de faire », a-t-il dit. Selon le PCA Keita, la pomme de terre est un produit pour la contre saison. « Donc quand on assure la saison normale et aussi d’autres produits pour la contre saison ça va être très bénéfique pour le pays. Parce que ça permettra de planifier à bien le temps de soudure », a-t-il déclaré. Avant de souligner que le prix du sac de pomme de terre chez eux est à 4000 F CFA et les revendeurs ne doivent pas revendre au-delà de 5000 F CFA.

Notons que la réalisation de ces chambres froides à Sotuba et à Markala dans la région de Ségou a couté une trentaine de milliards de F CFA. Et le Groupe Keita emplois aujourd’hui plus de 2000 personnes.

B. KONE

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *